Reuters estime la reponse du Vietnam a la pandemie de COVID-19 hinh anh 1Des tests rapides pour détecter le coronavirus. Photo: VNA

Hanoï (VNA) - L’agence de presse britannique Reuters a publié le 30 avril un article faisant l'éloge de la réponse du gouvernement vietnamien à la pandémie de COVID-19.

Reuters a écrit que c'était fin janvier, juste après le Nouvel an lunaire, le Vietnam avait déclaré ses deux premiers cas d’infection du coronavirus et le gouvernement avait contacté des entreprises ayant des expériences dans des tests médicaux pour demander une aide.

L’article a cité Phan Quoc Viet, directeur général de Viet A Corp, rappelant que le gouvernement avait souligné une réponse rapide." La société a ensuite produit avec succès le kit de test LightPower iVA SARS-CoV-2 1st RT-rPCR, reconnu par l'Organisation mondiale de la santé.

Dès le 23 janvier, le Vietnam a suspendu ses vols à destination et en provenance de la ville chinoise de Wuhan, épicentre de la pandémie. Une semaine après, le Vietnam a décidé de fermer sa frontière de 1 400 kilomètres avec la Chine, sauf des échanges commerciaux. A la mi-mars, le Vietnam a obligé le port de masques dans les lieux publics à l'échelle nationale. Certaines usines de vêtements du Vietnam se sont tournées vers la fabrication de masques chirurgicaux et en tissu pour répondre à la demande.

Le Vietnam, un pays de 96 millions d'habitants qui partage une longue frontière avec la Chine, témoigne de son réussite tandis que de nombreux pays plus riches et plus développés n'ont pas réussi à contenir le COVID-19.

Le Vietnam signale ce moment seulement 270 cas et aucun décès. Cela met le pays sur la bonne voie pour relancer son économie beaucoup plus tôt que la plupart des autres, selon plusieurs experts en santé publique interrogés par Reuters.

Ils ont affirmé que le Vietnam a réussi parce qu'il a pris des mesures rapides et acharnées depuis le début comme la mise en quarantaine des dizaines de milliers de personnes, l’application des tests au sein de la communauté, l’opération d'un système de surveillance des personnes à risque.

Ces mesures sont faciles à décrire mais difficiles à mettre en œuvre, et pourtant, le gouvernement vietnamien a réussi à les appliquer, et même à plusieurs reprises", a déclaré Matthew Moore, un responsable du CDC (Centers for Disease Control and Prevention) des Etats-Unis basé à Hanoï. Il a ajouté que le CDC avait "une grande confiance" dans la réponse du gouvernement vietnamien à la crise du coronavirus.

Le Vietnam a considérablement augmenté le nombre de laboratoires pouvant tester le COVID-19, de trois unités au début de l'épidémie en janvier à 112 en avril.

"La maîtrise de l’épidémie au Vietnam est bien organisée, le gouvernement vietnamien prennent rapidement des décisions politiques à l'échelle nationale qui sont promulguées rapidement et efficacement et sans trop de controverse", a déclaré Guy Thwaites, directeur de l'Unité de recherche clinique de l'Université d'Oxford à Hô Chi Minh-Ville. Il a déclaré que le nombre de tests positifs traités par le laboratoire de son organisation était conforme aux données du gouvernement vietnamien.

Todd Pollack, un spécialiste des maladies infectieuses de Harvard Medical School, a déclaré que moins de 10% des personnes testées positives au Vietnam avaient plus de 60 ans - le groupe d'âge le plus possible de mourir du COVID-19. Tous les patients, a-t-il ajouté, étaient étroitement surveillés dans les établissements médicaux et recevaient de bons soins. -VNA

source