Hanoi (VNA) - La Cour populaire suprême et le Comité national de prévention et de lutte contre le VIH/sida, la drogue et la prostitution ont signé le 14 juillet à Hanoi un programme de collaboration pour la période 2020-2025.

Renforcement de la cooperation contre le VIH, la drogue et la prostitution hinh anh 1Le président de la Cour populaire suprême du Vietnam, Nguyên Hoa Binh (gauche) et le vice-président Comité national de prévention et de lutte contre le VIH/sida, la drogue et la prostitution, Dao Ngoc Dung (droite) ont signé un programme de collaboration d'ici à 2025. Photo: http://baochinhphu.vn 

 

Les signataires étaient le président de la Cour populaire suprême du Vietnam, Nguyên Hoa Binh et le vice-président Comité national de prévention et de lutte contre le VIH/sida, la drogue et la prostitution, Dao Ngoc Dung, également ministre du Travail, des Invalides et des Affaires sociales.

Le programme vise à renforcer la coordination entre la Cour populaire suprême et le Comité national de prévention et de lutte contre le VIH/sida, la drogue et la prostitution, ce pour contribuer à améliorer l'efficacité de ce travail; à mobiliser, gérer et utiliser efficacement les ressources disponibles.

Présent à la signature, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam, président dudit comité, a déclaré que le commerce, l'utilisation de stupéfiants, en particulier de drogues synthétiques ces dernières années ont été très compliqués.

Le Vietnam doit renforcer la coordination entre les agences compétentes pour résoudre ce problème, a-t-il ajouté.

Il a souligné la nécessité de faire la communication, pour permettre aux habitants de mieux comprendre les effets de la drogue et de la prostitution, de participer à la lutte contre ces maux sociaux.

D’ici à 2025, les deux parties se coordonneront avec les agences compétentes pour perfectionner les mécanismes, les politiques et les lois sur la prévention et la lutte contre le VIH/sida, la drogue et la prostitution.

Les deux parties renforceront les échanges afin de fournir des informations sur la situation des toxicomanes, drogués, personnes infectées par le VIH ; le travail de juger les affaires liées à la drogue, à la prostitution et à la traite des êtres humains...

Des formations pour améliorer les capacités des juges en la matière étaient au menu du programme. -VNA