Le président du Comité populaire de la ville de Hanoi, Nguyên Duc Chung (à droite), et le vice-ministre japonais de l’Environnement, Arata Takebe, le 4 mai à Hanoi. Photo: Kinhtedothi.

Hanoï (VNA) - La transformation des déchets en énergie électrique est devenue une tendance à laquelle plusieurs investisseurs étrangers s’intéressent durant leurs activités au Vietnam pour contribuer au développement durable.

L’investissement dans la construction des usines de transformation de déchets en énergie électrique au Vietnam attire l’attention de nombreuses entreprises étrangères, dont celles finlandaises, sud-coréennes et japonaises.

Le Comité populaire de Hanoï et la compagnie japonaise Hitachi Zosen ont récemment signé un mémorandum de coopération dans la mise en œuvre de projets de transformation des déchets ménagers en électricité dans le complexe de traitement des déchets de Nam Son (dans le district de Soc Son, en banlieue de la ville de Hanoï).

Ce projet entend appliquer des technologies modernes pour améliorer la qualité de l’environnement et des conditions de vie.

Le traitement des eaux usées dans les parcs industriels et zones franches d’exportation, la pollution des étangs, des lacs, des rivières et de l’air de la ville constituent des préoccupations majeures de Hanoï durant son processus de développement.

Le vice-ministre japonais de l’Environnement Arata Takebe a déclaré que le Vietnam était actuellement dans une période de développement économique rapide, il y avait des problèmes qui se posent tels que la hausse de la demande en énergie, le traitement des ordures dans les zones industrielles, la pollution de l'environnement, etc. - NDEL/VNA