Hanoï (VNA) - Un séminaire ayant pour thème «La prévention et la lutte contre les violences sexuelles faites aux femmes et aux filles : la loi, la politique et la situation" a eu lieu le 7 décembre à Hanoï.

Cet événement vise à faire écho à la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles (25 novembre) et était organisé par le Centre d'études et des sciences appliquées en genre - famille - femmes et adolescents (CSAGA), en coordination avec le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), l’Entité des Nations unies pour l’égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (UN Women), l’ambassade des Pays-Bas au Vietnam et le Département de l’Égalité des sexes du ministère vietnamien du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales.

Photo: NDEL
Cet événement ​a servi de forum pour les décideurs politiques, exécuteurs de la loi, activistes sociaux et chercheurs, leur permettant d’échanger sur les priorités et mesures visant à prévenir et lutter contre l’une des pires violations des droits de l’homme.

Ce séminaire a enregistré la présence du directeur du Département de l’Égalité des sexes du ministère vietnamien du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales, Pham Ngoc Tiên ; du directeur adjoint du Département de la Législation et de la Gestion scientifique du Parquet populaire suprême du Vietnam, Hoàng Ngoc Tiên ; du deuxième secrétaire de l’Ambassade des Pays-Bas du Vietnam, Tim Krap ; et de la directrice du CSAGA, Nguyên Vân Anh.

La directrice du CSAGA, Nguyên Vân Anh. Photo: NDEL.
Selon les statistiques du ministère vietnamien de la Sécurité publique, il y a eu plus de 4 100 violences sexuelles faites aux enfants, notamment 800 cas au cours des six premiers mois de l’année 2017. Parmi les 1 000 cas de violences sexuelles, les filles victimes âgées de 12 à 15 ans représentent 57,46% et 13,2% pour les fillettes de moins de 6 ans.

Les enfants sont les plus vulnérables aux violences et abus sexuels de différentes formes. Plus préoccupant encore, l’enfant peut être blessé au sein de sa propre famille. L’une des causes est due à la faiblesse de la sensibilisation des familles et de la communauté sociale à la protection des enfants.

La famille est un environnement éducatif et nourricier important pour les enfants car, lorsqu’ils sont jeunes, ils observent et imitent souvent leurs parents et proches. Reconnaissant l’importance des familles dans la protection de leurs enfants contre les violences et abus, les agences concernées ont mis en œuvre de nombreux messages et activités visant à renforcer la connaissance de la population envers cette question.

Le deuxième secrétaire de l’Ambassade des Pays-Bas du Vietnam, Tim Krap. Photo : NDEL.
La Loi sur l’enfance est entrée en vigueur le 1er juin 2017, contenant plusieurs nouveautés par rapport à la Loi sur la protection, les soins et l'éducation des enfants. En particulier, la Loi sur l’enfance est fondée sur les droits de tous les enfants, y compris les enfants normaux et ces derniers défavorisés et en difficultés. En outre, la Loi sur l’enfance est également élaborée sur la base de la Convention relative aux droits de l’enfant. Notamment, la protection et les soins des enfants ne s’appliquent pas seulement aux enfants vietnamiens, mais aussi aux enfants étrangers résidant au Vietnam. -NDEL/VNA