Photo: VNA

Ho Chi Minh-Ville (VNA) - Le Vietnam dispose de ​grands potentiels ​pour augmenter ses exportations, notamment de produits agricoles et alimentaires, au Moyen-Orient et en Afrique, selon plusieurs experts lors d'un colloque le 19 décembre à Ho Chi Minh-Ville.

​Ce colloque, intitulé "Les marchés du Moyen-Orient et de l'Afrique : Opportunités pour la promotion du commerce et des exportations", a été organisé par le ministère de l'Industrie et du Commerce.

Le Moyen-Orient et l'Afrique, qui comprennent 70 pays avec une population totale de plus de 1,6 milliard de personnes, ont une forte demande de produits agricoles et alimentaires, ainsi que de biens de consommation courante. Ils constituent ainsi deux marchés d'export potentiels pour le Vietnam, notamment pour le riz, les produits aquatiques, le poivre, le café, les fruits, les produits de textile-habillement, les matériaux de construction....

En 2016, les échanges commerciaux entre le Vietnam et ​ces deux régions ont atteint 23,3 milliards de dollars, dont 14,9 milliards d'exportations vietnamiennes, selon Ngo Khai Hoan, directeur adjoint du Département des marchés d'Asie et d'Afrique du ministère de l'Industrie et du Commerce.

Le commerce bilatéral entre le Vietnam et le Moyen-Orient s'est rapidement développé ces dernières années. Il est passé de 5,2 milliards de dollars en 2011 à 10,9 milliards de dollars en 2016. Chaque année, le Moyen-Orient importe pour près de 40 milliards de dollars des denrées alimentaires. En 2035, il devrait dépenser environ 70 milliards de dollars pour importer ces produits.

Quant à l’Afrique, 43 ​parmi les 55 pays du continent sont membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Par ailleurs, le Vietnam participe à de nombreux programmes de coopération avec des pays africains et plusieurs d'entre eux ont réduit les barrières non tarifaires et les droits de douanes imposés aux produits vietnamiens. Il s'agit d'une condition très favorable aux exportateurs vietnamiens.

Les spécialistes ont conseillé aux entreprises vietnamiennes d'élaborer des stratégies adaptées à chaque marché. Il leur est également nécessaire de mener des études approfondies et de collaborer étroitement avec les ambassades, les services de commerce du Vietnam afin de minimiser les risques. -VNA