Ninh Binh est bien connue pour ses paysages à couper le souffle. Photo : CVN
 
Pendant des siècles, Ninh Binh, un des plus beaux joyaux du Vietnam a été ignoré du monde. Cachée à seulement deux heures de route de Hanoï, cette région est sans doute de petite taille et peu peuplée, mais ses paysages offrent au visiteur une vision paradisiaque.

Situé à environ 90 km au sud de Hanoï, la province de Ninh Binh est une destination de plus en plus prisée des touristes vietnamiens et étrangers. Elle abrite des vestiges historiques, des panoramas sublimes, des villages artisanaux traditionnels et bien d’autres charmes à découvrir. Mais Ninh Binh, c’est aussi un haut lieu de l’histoire du Vietnam.

En effet, après avoir pacifié l'anarchie des 12 seigneurs de guerre, Dinh Bô Linh monta il y a 1.050 ans sur le trône sous le nom de Dinh Tiên Hoàng. Devenu le premier roi vietnamien, après mille ans d’occupation par les Chinois Han, il fonda en 968 le Dai Cô Viêt (Grand État des Viêt) dont la capitale était Hoa Lu. Ce site fût aussi l’ancienne capitale sous la dynastie des Dinh (968 - 979), des Lê antérieur (980 - 1009), et des Ly (1009 - 1225).

Ces 50 dernières années, Ninh Binh a connu un développement économique fulgurant et même une reconnaissance mondiale.

Harmonie entre monts et eaux

Selon des documents historiques, "Hoa Lu est entourée de nombreuses chaînes de montagnes. Les montagnes et les rivières s’imbriquent harmonieusement, faisant de cette région une base idéale pour le transport terrestre et fluvial. Les forêts reposent derrière Hoa Lu. La ville fait face à une vaste plaine, la mer est plus éloignée mais à portée de main. C’est un paysage magnifique avec un feng shui naturel gracieux qui mérite de devenir la citadelle de l’empereur".

Durant 42 ans (968-1010), Hoa Lu fut la première capitale du Vietnam sous la dynastie des Dinh et des Lê antérieur. Elle est donc au cœur de l’histoire du pays. Aujourd’hui, on y trouve encore une centaine de temples, pagodes et palais. Les monuments religieux construits dans des grottes, sur les flancs même des montagnes, impressionnent par la complexité de leur architecture. C’est en 1010, un an après être monté sur le trône, que le roi Ly Thai Tô transféra la capitale de Hoa Lu, vers la citadelle de Dai La (Hanoï aujourd’hui), située dans une plaine fertile, qu’il décida de rebaptiser Thang Long (Dragon prenant son vol).

Le fils de Ly Thai Tô, Ly Thai Tông, 2e roi de la dynastie des Ly, est né et a passé les dix premières années de sa vie à Hoa Lu. Plus tard, il construisit la pagode à pilier unique, le temple Dông Cô (à Hanoï), creusa le canal de Lâm (à Ninh Binh) pour construire une forteresse, conformément à la stratégie militaire du roi Lê Dai Hành (980-1005).
 
Le complexe paysager de Tràng An. Photo : CVN


Des paysages d’exception

Dans les premières années de l’indépendance, la défense du royaume demeurait la priorité absolue. Hoa Lu était donc parfaitement adapté à cet objectif, avec des montagnes naturelles dispersées sur un vaste terrain plat pour éloigner les assaillants.

Structure militaire rare située dans un paysage magnifique, la citadelle de Hoa Lu est importante car elle a été construite comme une forteresse d’autodéfense, qui ne reprend aucun exemple d’une citadelle chinoise. On y utilisait  les cours d’eau naturels pour se déplacer d’est en ouest et vers l’extérieur de la citadelle.

En 2014, Hoa Lu et le complexe paysager de Tràng An ont  été reconnus patrimoine mondial par l’UNESCO. C’était le premier patrimoine mixte de valeurs historiques et naturelles du pays. Tràng An a été reconnue pour "son importance mondiale en tant que paysage karstique à tourelles dans un milieu tropical humide aux derniers stades de l’évolution géomorphologique"

Sur le site de l’UNESCO, il est écrit: "La région est unique en ce qu’elle a plusieurs fois été envahie par la mer lors d’un passé géologique récent. Le mélange de pitons enveloppés de forêt ombrophile naturelle et de grandes cuvettes internes reliées par d’étroites grottes percées aux eaux tranquilles, crée un paysage d’une extraordinaire beauté et tranquillité". "Des dépôts archéologiques dans les grottes révèlent une séquence continue d’occupation et d’activités humaines sur plus de 30.000 ans, d’importance régionale".
 
Plus de 6 millions de touristes ont choisi Ninh Binh comme destination au cours des huit premiers mois de l’année. Photo : CVN


Le site de Tràng An est devenu un vrai paradis du tourisme, pas seulement en tant que célèbre patrimoine mondial de l’UNESCO, mais aussi, et sinon plus, en tant que site de tournage du "blockbuster" hollywoodien Kong: Skull Island, du réalisateur américain Jordan Vogt-Roberts qui est sorti en salle en 2017. Les agences de voyage, surfant sur ce succès, ont ouvert de nouveaux circuits reliant les sites touristiques de Ninh Binh au site de tournage.

Mais Ninh Binh et sa région n’en était pas à leur premier essai: avant cette superproduction hollywoodienne, de nombreux tournages avaient été réalisés à Ninh Binh dont Tâm Cam: The untold (2016), Blood Letter (2012), The Chinese botanist’s daughters (2006), et The quiet American (2002).

Aujourd’hui, Ninh Binh est devenue une destination touristique populaire. Selon le Service provincial du tourisme, elle a accueilli, en 2017, plus de 7 millions de touristes et son chiffre d’affaires a atteint plus de 2.500 milliards de dôngs (107 millions de dollars), soit une hausse respective de 9,5% et 43% par rapport à l’année dernière.

Au cours des huit premiers mois de l’année, plus de 6 millions de touristes ont choisi Ninh Binh comme destination, ce qui a permis à la province de générer des recettes touristiques de 2.300 milliards de dôngs (98,4 millions de dollars), soit une augmentation respective 5% et 18,8% en glissement annuel.

Ninh Binh, la Belle Endormie, s’est réveillée pour se voir entourée de millions d’admirateurs.-CVN/VNA