Hô Chi Minh-Ville (VNA) - Avec sa créativité et une grande passion pour les fils de cuivre inanimés, Mme Nguyên Nhât Minh Phuong a produit des objets d’art uniques vivement appréciés par de nombreux amis étrangers. Cet artisanat ouvre également des opportunités d’emploi et donc d’autonomie pour les personnes handicapées.

Photo: VNP

Il y a 13 ans, lorsqu’elle a commencé à se passionner pour la création de produits en fils de cuivre, elle a rencontré pas mal de difficultés car elle n’avait pas de formation artistique. Elle a été obligée d’étudier en autodidacte afin d’acquérir les connaissances de base. De jour en jour, elle a surmonté les difficultés pour réaliser son rêve de fabriquer de jolis produits.

Si l’ancienne de l’École supérieure de Saigon a fait ses débuts par des produits simples comme bagues, bracelets, colliers… réalisés avec deux ou trois fils de cuivre tressés, elle a peu à peu su créer des produits plus ingénieux grâce à une grande passion et, aussi, à un talent particulier.

Ses premiers produits n’étaient destinés qu’à ses proches et amis comme souvenirs. Quand elle les a présentés à ses amis de classe, ceux-ci l’ont félicitée et encouragée à poursuivre sur cette voie. Puis, les premiers clients ont passé commandes, dont des Américains, des Japonais, des Philippins et des Néo-Zélandais. La jeune femme s’est attachée à son art et a créé la marque d’Uma. En outre, elle coopère avec des amis étrangers dans la création de parures pour l’exportation.

S’intéressant bien aux fleurs de lotus et au bouddhisme, elle fabrique beaucoup de tableaux aux motifs inspirés de cette fleur et du bouddhisme. Elle seule se charge de la création des modèles, des motifs et de la manière de réaliser les produits. Elle partage ensuite ses idées avec ses collègues. Parfois, elle crée aussi des tableaux selon le "feng shui" commandés par des clients. 

\Des produits originaux de la marque d’Uma sont fabriqués à partir des fils de cuivre. Photo: VNP

"Il n’est pas trop difficile de réaliser un tableau en fils de cuivre. Tout d’abord, il faut tracer le motif sur le papier, ensuite calculer sommairement le profil du cadre, puis chercher la manière de mettre les fils de cuivre", a confié Minh Phuong, 

Elle a aussi enseigné son savoir-faire à des handicapés afin de les aider à s’autonomiser. Actuellement, elle collabore avec eux pour fabriquer des tableaux, parures, produits de décoration intérieure et pièces de rechange à partir de ce métal noble. 

Photo: VNP

"Je veux créer un foyer pour qu’ils soient heureux de travailler avec moi. C’est pourquoi, nous travaillons ensemble dans la convivialité pour que mes collègues handicapés se sentent à l’aise. Pour que chacun puisse développer ses capacités, il faut  d’abord apprendre des travaux fondamentaux, puis ensuite exploiter les atouts de chacun", a-t-elle partagé.

Elle a encore ajouté que dans l’avenir, elle souhaite fonder Shark Uma afin d’aider le plus possible de personnes handicapées à développer leur propre atelier. – VNP/VNA