Le rapport sur la macro-économie du Vietnam au 2e trimestre de 2018, de l’Institut de recherches économiques et politiques du Vietnam (VEPR), a été rendu public le 11 juillet à Hanoï. Photo : VNA

 

 

Hanoï (VNA) – Dans les mois à venir, les taux de change devraient subir de fortes pressions à l'appréciation en raison des inquiétudes liées à la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, a estimé le directeur de l’Institut de recherches économiques et politiques du Vietnam (VEPR), Nguyen Duc Thanh. 

Le rapport du VEPR sur la macro-économie du Vietnam au 2e trimestre a été rendu public lors d’un échange de vue tenu le 11 juillet à Hanoï.

Ce rapport souligne que les Etats-Unis et la Chine sont des partenaires commerciaux particulièrement importants pour le Vietnam. Les États-Unis sont en effet le plus grand importateur de produits vietnamiens, représentant près d'un cinquième du chiffre d'affaires à l'export total du Vietnam. Ce dernier importe également beaucoup de biens depuis la Chine, avec environ un quart de la valeur totale de ses importations.

La guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, et la dépréciation du yuan chinois affecteront grandement l'économie vietnamienne.

Si le yuan chinois perd de sa valeur, la balance commerciale du Vietnam avec la Chine sera affectée car les produits chinois à bas prix déferleront dans le pays.

Selon Nguyen Duc Thanh, face au resserrement monétaire de la Réserve fédérale des Etats-Unis (FED) et à la dévaluation du yuan chinois, la meilleure option pour le Vietnam est de déprécier le dong vietnamien par rapport au dollar américain, avec une baisse inférieure au recul du yuan face au dollar.

Les analystes de VEPR ont souligné que la dépréciation du dông profiterait aux importateurs vietnamiens car le Vietnam était un grand importateur de matières chinoises pour sa transformation et ses exportations.

Selon le rapport, la deuxième hausse des taux d'intérêt de la FED au deuxième trimestre de cette année est l'un des facteurs clés expliquant l'appréciation du dollar américain et la dévaluation des monnaies nationales de plusieurs pays.

Le rapport dit aussi que les réserves de change du Vietnam s'élèvent à 63,5 milliards de dollars, soit l'équivalent de près de 13 semaines d'importations. Cependant, ce nombre record n'est égal au seuil minimum recommandé par le Fonds monétaire international (FMI). Le rapport suggère au pays de continuer d'augmenter ses réserves de change pour rester confiant dans son processus d'intégration mondiale. -VNA