L’ambassadrice Nguyen Phuong Nga, représentante permanente du Vietnam auprès de l'ONU. Photo: VNA

 

Hanoï (VNA) – « Le Vietnam préconise toujours le règlement des différends en Mer Orientale par la voie pacifique, selon le droit international, à commencer par la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (CNUDM) », a déclaré l’ambassadrice Nguyen Phuong Nga, représentante permanente du Vietnam auprès de l'ONU.

Lors de la 28ème réunion des États parties à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer tenue du 11 au 14 juin à New York, Nguyen Phuong Nga a apprécié les efforts communs des pays concernés visant à faire de la Mer Orientale une zone de paix, de stabilité et de développement durable, dont ceux pour engager les négociations d'un Code de conduite en Mer Orientale (COC).

« Le Vietnam appelle les États parties à la CNUDM à respecter pleinement la convention, les procédures diplomatiques et juridiques, à promouvoir l’exploitation durable des mers et océans, à assurer la sécurité, la sûreté et la liberté de navigation et de survol, à éviter les actions unilatérales, y compris la militarisation des structures occupées en mer, lesquelles vont à l’encontre des objectifs de la CNUDM et nuisent à l’écosystème, aux ressources maritimes ainsi qu’aux droits et intérêts légitimes des nations selon la CNUDM et au processus d’édification des codes de conduite », a-t-elle dit.

L’ambassadrice vietnamienne a réaffirmé la position suivie de son pays de soutenir la lutte contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (IUU). Elle a ensuite informé des efforts du Vietnam pour accélérer cette lutte ainsi que les formalités nécessaires pour devenir membre de l'Accord des Nations Unies sur les stocks de poissons (UNFSA) et de l’Accord relatif aux mesures du ressort de l'État du port (PSMA).

« Le Vietnam s’engage à respecter et appliquer pleinement la CNUDM, à coopérer avec d’autres pays et les organisations internationales dans la préservation du milieu marin et le développement durable des mers et océans pour un bel avenir de l’Humanité », a-t-elle souligné.

La 28ème réunion des États parties à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer a réuni des délégués de plus de 100 États parties, outre des représentants du Tribunal international du droit de la mer (ITLOS), de l’Autorité internationale des fonds marins (ISA), de la Commission des limites du plateau continental (CLCS) et d’autres organisations internationales et non gouvernementales.

Passant en revue des défis en matière de gestion des mers et océans, les participants ont souligné la nécessité de tenir les engagements pris dans le cadre de l’Objectif de développement durable No 14  - « Conserver et exploiter de manière durable les océans et les mers aux fins du développement durable ». -VNA