Le colloque sur le projet de convention de l’OIT pour mettre fin à la violence et au harcèlement au travail se tient le 28 mai à Hanoï. Photo: VNA

 

Hanoï (VNA) – Le Vietnam participera au dernier cycle de négociations sur une nouvelle Convention de l’Organisation internationale du travail (OIT) pour mettre fin à la violence et au harcèlement au travail prévu du 17 au 19 juin à Genève, en Suisse.

Le contenu de la Convention de l'OIT sur la lutte contre la violence et le harcèlement au travail servira de base à la modification des règles sur le harcèlement sexuel au travail dans la loi du travail.

Ces informations ont été communiquées lors d’un colloque sur un projet de Convention de l’OIT pour mettre fin à la violence et au harcèlement au travail organisé mardi à Hanoï par le ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales, et l’organisation Care internationale au Vietnam.

En 2015, l’OIT a lancé le processus d'élaboration d'un ensemble de normes internationales du travail concernant la violence et le harcèlement au travail. La violence au travail menace la dignité, la sécurité, la santé et le bien-être des personnes. En même temps, la violence au travail affecte non seulement les travailleurs et les employeurs, mais également les familles, la communauté, l’économie. Par conséquent, les membres de l'OIT conviendront d'adopter une convention internationale pour mettre fin à la violence et au harcèlement au travail.

Mme Vuong Thai Nga, de l'organisation internationale Care, a déclaré que le projet de Convention de l'OIT de 10 pages comprenait 7 chapitres: définition ; portée ; principes fondamentaux; protection et prévention ; application et règlement ; instruction, formation et amélioration de la conscience; méthodes d’application.

Dans le projet de convention, il faut noter que les concepts de "violence", "harcèlement", "au travail" et "travailleurs" se sont élargis. Le terme "violence et harcèlement" au travail se réfère à une série de comportements (risques) inacceptables qui se produisent une ou plusieurs fois, dans le but de causer un préjudice physique, psychologique, sexuel et économique, a-t-elle expliqué.

Nguyen Manh Cuong, chef du Département de la coopération internationale du ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales, a indiqué que le Vietnam enverrait une délégation tripartite composée des représentants du gouvernement, d’employeurs, et de travailleurs pour participer à la 108e session de la Conférence internationale du travail en juin prochain.

Tous les délégués auront le droit de voter indépendamment et tous les votes seront valables de la même manière, quelle que soit la population de l'État membre qu'ils représentent. Une fois l’adoption de la nouvelle Convention de l’OIT, des pays dont le Vietnam envisageront de la ratifier. –VNA