New York, 21 décembre (VNA) – Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni mercredi 20 novembre lors d’un débat sur les défis contemporains complexes pour la paix et pour la sécurité internationales.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, intervenant au Conseil de sécurité lors de la réunion sur les défis contemporains complexes à la paix et à la sécurité internationales. Photo : ONU

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a constaté un changement quantitatif et qualitatif des menaces dans le monde, ainsi qu’une évolution de la nature des crises, devenues plus difficiles à résoudre, qui incite donc à changer la façon de les aborder, à la fois dans la façon de travailler et de travailler avec les autres.

Les dangers des armes nucléaires sont à nouveau au centre des préoccupations, avec des tensions plus fortes qu’elles ne l’ont été depuis la fin de la guerre froide, a déclaré le chef de l’ONU, citant d’autres menaces comme le changement climatique, la pénurie d’eau et la cyber insécurité.

Le chef de l’ONU a insisté sur l’importance de la diplomatie préventive. La prévention doit être au cœur de tous nos efforts, a-t-il déclaré, indiquant qu’il s’employait également à renforcer les liens avec les organisations régionales, telles que l’Union africaine et l’Union européenne.

Il a également plaidé pour le respect de tous les droits de l’homme –politiques, mais aussi économiques, sociaux et culturels-, pour des investissements collectifs en vue de renforcer la cohésion sociale et pour l’autonomisation des femmes. 

Les délégations ont été nombreuses à placer les changements climatiques au centre de leurs interventions et à se féliciter des trois réformes lancées par le chef de l’ONU en vue d’un repositionnement du système onusien de développement, d’une rationalisation de la gestion interne et d’un renforcement de l’architecture de paix et de sécurité du Secrétariat. 

L’ambassadrice Nguyên Phuong Nga, cheffe de la Mission permanente du Vietnam à l’ONU, juge urgent de mettre en œuvre une stratégie globale et à long terme de prévention des conflits et de maintien de la paix. Photo: VNA

Afin de relever efficacement les défis contemporains complexes pour la sécurité internationale, l’ambassadrice Nguyên Phuong Nga, cheffe de la Mission permanente du Vietnam à l’ONU, a jugé urgent de mettre en œuvre une stratégie globale et à long terme de prévention des conflits et de maintien de la paix.  

Pour que cette stratégie fonctionne, a-t-elle estimé, il convient d’employer tous les instruments de diplomatie préventive et de médiation existants dont l’ONU dispose, mais aussi d’encourager tous les éléments du système de l’ONU, y compris le Conseil de sécurité, à y prendre part.  

La diplomate vietnamienne a ajouté que le maintien de la paix devait aller de pair avec la consolidation de la paix, en insistant sur la nécessité de l’unité du Conseil de sécurité dans la prise de décision et l’action collective.

Quant à la situation en Asie-Pacifique, elle a réaffirmé la position du Vietnam de soutenir la dénucléarisation pacifique de la péninsule coréenne, d’appeler les parties concernées à faire preuve de retenue et à respecter pleinement les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l’ONU.

Elle a affirmé l’engagement du Vietnam en matière de maintien de la paix et de la stabilité dans la région, et a appelé les parties concernées à faire preuve de retenue, à régler les différends en Mer Orientale par des moyens pacifiques conformément au droit international, y compris la Convention de l’ONU sur le droit de la mer, à respecter pleinement tous les processus diplomatiques et juridiques, et à mettre en œuvre la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC).

L’ambassadrice Nguyên Phuong Nga a souligné qu’avec l’adoption du projet-cadre du Code de conduite en Mer Orientale (COC), les parties concernées devraient promouvoir les négociations subtantielles afin de construire un COC faisaible et juridiquement contraignant. – VNA