Le tourisme contribue grandement au développement de la communauté

Le homestay ou l’accueil chez l’habitant local apparaît et se développe dans de nombreuses localités vietnamiennes, notamment dans les régions montagneuses, peuplées d’ethnies minoritaires.

Le homestay ou l’accueil chez l’habitant local apparaît et se développe dans de nombreuses localités vietnamiennes, notamment dans les régions montagneuses, peuplées d’ethnies minoritaires. Ce modèle de tourisme a apporté des résultats satisfaisants, permettant de valoriser les points forts de la culture locale, contribuant à l’œuvre de réduction de la pauvreté et à l’amélioration du niveau de vie de la population.

Depuis une dizaine d’années, le homestay est présent partout au Vietnam, du Nord au Sud en passant par le Centre.

Parler de cette forme de tourisme sans citer le bourg Sa Pa, dans la province montagneuse de Lao Cai (Nord), serait perçu comme une gageure, tant là-bas la diversité des cultures des ethnies locales est bien exploitée. Lao Cai a établi le premier modèle d’accueil chez l’habitant local dans le village de Ban Den, commune de Ban Ho, d’après le directeur du Service de la culture, des sports et du tourisme de Lao Cai, Tran Huu Son.

A présent, le homestay est possible dans une dizaine de communes de Lao Cai. Dans ces localités, les patrimoines culturels matériels ou immatériels sont valorisés, et sont désormais un bien inestimable pour chaque famille. Dans les communes de Ta Van, Ta Phi, ou Nam Sai, les habitants locaux exploitent la beauté de l’architecture ou le mode de vie pour faire de leur habitation un lieu de séjour attrayant.

En visitant les villages de tourisme communautaire, les touristes peuvent contempler les paysages naturels, goûter l’art culinaire local, participer aux activités artistiques folkloriques.

Lao Cai développe toujours le modèle d’accueil chez l’habitant local avec une formation touristique de 12 jours à l’intention des habitants. Ce programme de formation du secteur touristique de Lao Cai est également offert aux provinces montagneuses voisines de Bac Can et de Ha Giang. Prochainement, il sera généralisé dans huit provinces du Nord-Ouest dans le cadre de la coopération pour le développement touristique de cette région.

En 2013, pas moins 145.752 visiteurs se sont prêtés au homestay à Lao Cai, dégageant un chiffre d'affaires de 29 milliards de dongs.

Dans la province de Quang Nam (Centre), la ville de Hoi An est une destination touristique prisée. Outre l’exploitation des patrimoines culturels reconnus par l’UNESCO comme l’ancienne cité de Hoi An, le sanctuaire de My Son et de son atout phare que constituent ses plages de sable fin s'étirant à perte de vue, Hoi An réussit également avec le homestay au village de maraîchers de Tra Que, le premier modèle de homestay de la localité qui, depuis une dizaine d’années maintenant, innove autant. Et le succès est au rendez-vous, puisque ce village attire chaque jour davantage de touristes étrangers curieux de découvrir le pays "autrement". A partir du modèle du village de Trà Que, d’autres exemples ont été créés et portent de premiers fruits satisfaisants. On peut citer ainsi la découverte de la forêt de mangroves, la découverte de la nature et de la campagne en vélo, des cours de gastronomie locale, des dégustations, etc.

Dans le delta du Mékong, le homestay est connu depuis l’accostage du navire «Jeunesse de l’Asie du Sud-Est» au port de Ho Chi Minh-Ville en 1995, d’après plusieurs experts de la culture et du tourisme. Les touristes ont là-bas le loisir de participer aux activités quotidiennes des habitants comme le curetage d’un étang pour attraper les poissons, la cueillette de fruits, faire ses courses au marché flottant, préparer des recettes locales, participer aux spectacles de chants folkloriques…

Le tourisme contribue à la réduction de la pauvreté


Le personnel du secteur touristique est de plus en plus nombreux : de 12.000 personnes en 1990, cet effectif est aujourd'hui de 570.000 travailleurs directs parmi les 1,8 million de personnes du secteur touristique, sans parler des travailleurs concernés et non officiels. L’industrie sans fumée fournit 3,6% des emplois du pays. Ces chiffres sont extraits du rapport thématique « Tourisme vietnamien, situation et solutions de développement ».

Le tourisme contribue grandement à la réduction de la pauvreté par la création de revenus directs et la transformation de la structure économique dans les régions rurales en s’orientant vers les services.

Par l’intermédiaire du tourisme, la culture locale des régions est respectée, protégée et valorisée. Le tourisme de homestay porte les fruits concrets dans la création de l’emploi, la protection et la valorisation des villages de métier traditionnel, des patrimoines culturels, la sauvegarde des valeurs communautaires…

L’industrie sans fumée contribue considérablement à la croissance économique nationale. En 2013, le total des recettes provenant directement des touristes était de 200.000 milliards de dongs (soit 9,7 milliards de dollars), représentant 6% du PIB. La croissance moyenne des recettes du tourisme augmente de 18,7% par an.

Le développement de ce secteur permet le progrès d’autres secteurs qui y sont plus ou moins directement liés comme les transports, le commerce, les services, la communication, la poste et les télécommunications, la banque, l’assurance, la santé…

Grâce au développement du tourisme, l’image de la nation, de ses destinations touristiques est bien diffusée dans et hors du pays, permettant d'attirer des regards positifs sur le pays et ses habitants. Les valeurs culturelles, historiques, les us et coutumes des différentes régions du pays ne peuvent être mieux présentés que par l’intermédiaire du tourisme. -VNA

Voir plus