Les crédits bancaires ont renoué avec leur croissance au Vietnam, affichant une hausse de 1,35% en mars, ce qui devrait exercer un impact positif sur l’économie nationale, selon la Banque d’État du Vietnam (BEV).

Les crédits ont régressé de 0,55% et 0,65% respectivement en janvier et février, en raison notamment des faibles besoins en fonds des entreprises en ce début d’année, selon le Département des politiques monétaires de la BEV.

Ce dernier y voit encore deux autres causes : en premier lieu, certaines lignes de production saisonnières ne battent pas encore leur plein, d’où une faible demande de fonds ; en deuxième lieu, plusieurs entreprises ne répondent pas aux conditions d’accès aux crédits bancaires dans un contexte de difficultés économiques.

Selon Nguyên Thi Hông, directrice dudit Département, l’application flexible des indices d’octroi de crédits différents pour chaque institution est nécessaire pour atteindre la croissance des crédits de 12-14% ciblée pour cette année. Ces indices devront se baser sur la situation financière de l’institution et sur ses capacités d’élargissement des crédits.

La BEV a affirmé que les crédits étaient concentrés sur les secteurs prioritaires préalablement définis par le gouvernement, c’est-à-dire les industries auxiliaires, les entreprises exportatrices, les entreprises de hautes technologies et celles du secteur agricole.

Concernant l’octroi de crédits dans le secteur agricole, la banque centrale a demandé aux banques commerciales d’alimenter les fonds à l’achat du riz pour le stockage provisoire, prévenant ainsi une chute du prix du riz à cause de la récolte en masse.

L’agriculture et la région rurale au premier plan

Dans le cadre du Programme de connexion entre banques et entreprises, la BEV a donné des instructions aux banques commerciales pour soutenir les entreprises en leur fournissant les capitaux dont elles ont besoin afin qu’elles puissent reprendre leur activité.

En 2014, le montant de ce programme a été porté à 20.000 milliards de dôngs avec des taux inférieurs de 1% à 2% par rapport à ceux en vigueur. Bien que le programme n’ait pas encore abouti à de grands résultats, il a néanmoins apporté quelques changements positifs, selon Nguyên Van Binh, gouverneur de la BEV.

Les banques et les entreprises se sont alliées pour surmonter les difficultés. Le programme a d’ores et déjà permis une reprise de la production et du commerce au service de la croissance économique.

Le gouvernement et les administrations s’intéressent particulièrement aux agriculteurs et souhaitent leur donner un plus grand accès au crédit bancaire. Ces dernières années, les banques ont fourni des crédits préférentiels afin de soutenir le développement de l’agriculture, y compris dans les zones reculées.

L’entrée en vigueur en 2010 de la Résolution gouvernementale N°41, portant sur les politiques de crédit au service du développement agricole et rural, a été décisive. Le volume de crédits octroyés à l’agriculture et à la région rurale a augmenté de 17% pendant trois ans. L’encours des crédits octroyés à ce secteur occupe 18% du montant des crédits au niveau national.

Ces dernières années, la BEV a pris des mesures adéquates au niveau des taux directeurs d’intérêts pour les crédits du secteur agricole : à présent, le taux d’intérêt varie entre 6,5% et 8% par an, soit le plus faible par rapport au taux d’intérêt régulier. – VNA