Hanoi, 26 décembre (VNA) - Etant l’un des premiers producteurs et exportateurs mondiaux de caoutchouc avec plus d’un million de tonnes de caoutchouc naturel exportées chaque année, le Vietnam doit cependant importer un gros volume de ce produit pour répondre à ses besoins domestiques.

Le Vietnam est l’un des premiers producteurs mondiaux de caoutchouc. Photo: cafef


Au cours des 11 premiers mois de cette année, 543.000 tonnes ont été importées dans le pays pour plus d’un milliard de dollars.

Expliquant cette situation, un représentant de l’Association du caoutchouc du Vietnam, a avoué qu’«actuellement, seulement 20% de la production nationale est consommée dans le pays. On doit exporter 80% car la qualité du caoutchouc transformé n’est pas élevée. Autrement dit, en raison de la faiblesse technologique, la qualité du caoutchouc en tant que matière première ou de caoutchouc synthétique et artificiel demeure basse. Raison pour laquelle on doit exporter pour l’essentiel du caoutchouc brut».

Le prix du caoutchouc brut est toujours plus bas que celui de caoutchouc synthétique ou artificiel. Alors qu’on exporte pour l’essentiel du caoutchouc brut et importe du synthétique. Un paradoxe de la filière nationale !

Produire du caoutchouc synthétique nécessite une industrie pétrochimique vraiment développée. De plus, le coût d’investissement dans les usines de caoutchouc synthétique est élevé. 

Cependant, selon des experts, à long terme, il conviendra d’investir dans des usines de caoutchouc synthétique ou artificiel répondant aux normes internationales en termes de qualité en vue de répondre à la demande domestique ainsi que d’augmenter les exportations vers de nouveaux marchés. Cela permettra non seulement d’élever la valeur ajoutée des produits, mais encore de réduire la dépendance vis-à-vis du marché chinois qui représente deux tiers des exportations nationales de caoutchouc. - CPV/VNA