Dak Lak (VNA) - Sur les hauts plateaux du Tây Nguyên, "mars" rime avec "fêtes locales". C’est le meilleur moment pour découvrir la région et partir à la rencontre des minorités ethniques qui la peuplent: Bahnar, Jo Rai, Xo Dang, M’Nông et Edê.

Photo: VNA

La saison des festivités des minorités ethniques du Tây Nguyên débute au début du mois de janvier et s’achève à la fin du mois de mars. Durant ces trois mois, ces différentes communautés agricoles se réunissent dans la maison communale de leurs villages afin de pratiquer le culte des génies et prier pour une bonne récolte.

Les  Xo Dang  se retrouvent dans la Nhà rông, la maison communale. Le patriarche du village les accueille solennellement et dispose leurs offrandes sur un plateau. Ces offrandes comportent obligatoirement du riz nouveau et du porc.

Photo: VNA

Les habitants se regroupent pour implorer les génies de leur accorder une bonne récolte ainsi qu'une vie prospère et heureuse. Après la cérémonie de culte, ils se regroupent pour chanter, danser, jouer du gong et partager le repas. A Khao, habitant de la commune de Dak Ang, rattachée à la province de Kon Tum, précise: «Tous les habitants de mon hameau assistent à un concert de gong. Après le culte, on s’invite à manger le riz nouveau avec du poulet et du porc. Pendant deux jours, tout le monde s’amuse sous l’œil bienveillant du patriarche ».

Les Jo Rai et les Bahnar célèbrent le culte de Lih, vénèrent Yang et le génie du feu Po Tao. Pendant les festivités, les habitants remercient Yang de leur avoir donné une récolte abondante, louent les personnes méritantes, honorent leurs parents et prient pour une vie meilleure. Les plateaux d’offrandes se composent de poulet pour Yang et le génie du feu Po Tao et de porc pour les personnes méritantes. Parfois, un bœuf est sacrifié pour nourrir tous les villageois.

Photo: VNA

Chez les Edê, le mois de mars est l’occasion d’organiser des prières pour la pluie. Le patriarche et les villageois plantent la perche rituelle et préparent les offrandes: des statues de bœufs et de buffles en bois, du riz gluant et du porc. Le patriarche rend hommage aux génies et prie pour une bonne récolte dans le village. Aê H’Nguk  habitant du village d’Ayun dans la ville de Buôn Mê Thuôt, fait savoir:

«Le culte pour solliciter la pluie est une fête importante chez les Êdê. Nous demandons aux génies de nous protéger, de nous apporter un climat clément, de chasser les catastrophes naturelles et la sécheresse pour avoir une récolte abondante de riz, de maïs et de café. Nous perpétuons ce culte de génération en génération.»

Au printemps, les Bahnar organisent le culte du génie de la fontaine. Avant la fête, ils réparent et nettoient les fontaines et la maison communale.

De nombreuses autres fêtes sont célébrées pendant le printemps comme l’abandon du tombeau et les sacrifices de buffle. -VOV/VNA