Hanoi (VNA) - Le ministre du Plan et de l’Investissement, Nguyên Chi Dung, a souligné l’importance du secteur privé dans le développement du pays, lors d’une rencontre avec la presse en marge du 2e Forum de l’économie privée, le 31 juillet à Hanoï.
 
Le ministre du Plan et de l’Investissement, Nguyên Chi Dung. Photo: mpi.gov.vn

- Sachant que le 5eplénum du Comité central du Parti communiste du Vietnam (XIIe mandat) a promulgué la Résolution N°10 pour faire du secteur privé un moteur important de l’économie nationale, l’économie privée prend-elle, dès lors, une position plus importante ?

En faisant un rapide récapitulatif des réalisations économiques des 30 ans du Dôi Moi (Renouveau), le constat est évident : le pays n’a eu de cesse de favoriser le développement de l’économie privée. Bon nombre de politiques et mesures ont été prises pour inciter l’essor de ce secteur ainsi qu’encourager les entreprises et hommes d’affaires qui y sont engagés.

Le privé est un acteur important du développement du pays : augmentation considérable des rentrées budgétaires, création d’emplois, etc. Ces dernières années, ce secteur est le premier contributeur du Produit intérieur brut (PIB) national avec, entre 2010 et 2016, un apport toujours supérieur à 43% alors que le secteur public n’a permis d’en générer qu’environ 28,9%, et le secteur des entreprises issues de l’investissement direct étranger (IDE), qu’environ 18%.

Le nombre d’entreprises privées a fortement augmenté. En 2016, la création d’entreprises ne s’est jamais aussi bien portée, avec plus de 110.000 nouveaux  établissements. De nombreuses enseignes du secteur privé ont été reconnues au niveau national, régional et international.

Le pays a témoigné de la naissance et de l’expansion de groupes puissants qui opèrent dans des domaines exigeants en termes de capacités financières et de hautes technologies comme Vinamilk (produits laitiers), Truong Hai (automobile), Massan (aliments), Hoà Phat (décoration intérieure, matériaux de construction), FPT (technologies, logiciels), Thê gioi di dông (téléphonie mobile), etc.

Et la Résolution N°10 (promulguée en juin dernier, ndlr) a permis d’élever et de renforcer davantage le rôle et la position du secteur privé dans l'économie nationale.
 
Le gouvernement continue des réformes institutionnelles pour améliorer l’environnement des affaires au service du développement des entreprises privées notamment. Photo : VNA

- Plusieurs études montrent néanmoins que l’économie privée n’assume pas encore son statut de moteur de l’économie. Pour preuve : sa croissance annuelle a tendance à ralentir, passant de 11,93% pour la période 2003-2010 à 7,54% entre 2011 et 2015. Votre analyse ?

Bien que les contributions du secteur privé soient reconnues, sa proportion dans l’économie nationale ne satisfait pas les exigences de la réalité du développement du pays et de la pratique internationale. En effet, selon cette dernière, les contributions du privé au PIB national doivent être de l’ordre de 70-80% en général alors qu’actuellement au Vietnam, elles ne sont que d’environ 43% depuis 2010.

Le secteur privé du Vietnam se compose de deux volets majeurs : les entreprises et les foyers de production individuels. Entre 2010 et 2016, alors que le second a contribué pour plus de 31% au PIB national, le premier n’en a généré que 7-8%. Cela veut dire que le pays doit nécessairement prêter davantage attention au développement des entreprises privées pour qu’elles deviennent plus puissantes.

- Le ministère du Plan et l’Investissement est sur le point d’achever un projet de développement de l’économie privée et de renforcement de la compétitivité des entreprises vietnamiennes. La problématique de l’économie privée sera-t-elle résolue ?

Les tâches prioritaires sont de poursuivre la réforme institutionnelle, de créer un environnement des affaires favorable, de développer les nouveaux marchés et de favoriser les activités de production. L’un des chevaux de bataille du pays est l’amélioration de l’environnement des affaires. Mais je pense que les mesures essentielles actuellement mises en œuvre ne sont axées que sur la réforme des procédures administratives.

Bien sûr que ces mesures doivent être poursuivies, mais la racine du problème réside dans le perfectionnement des institutions afin de parvenir à établir une bonne connexion entre les secteurs de la finance, des technologies, mais aussi entre le marché du travail, boursier, etc., comme l’a fixé la Résolution N°11 du 5ePlénum du Comité central du Parti communiste vietnamien (XIIe mandat) sur le perfectionnement des institutions de l’économie de marché à orientation socialiste.

Ensuite, il faut perfectionner les institutions sur les droits de propriété des biens de l’État, des organisations et des individus, un domaine qui est inscrit dans la Constitution de 2013. Nous devons garantir une bonne mise en œuvre et un respect de ces droits de propriété des biens en vue d’instaurer un climat de confiance chez les hommes d’affaires - un facteur indispensable pour les inciter à investir et s’investir dans de vastes projets.

Dernier problème enfin : le pays doit encourager les entreprises à moderniser leurs technologies et à se lancer dans la recherche de nouveaux produits. Je pense qu’il reste énormément à faire dans ce domaine.

* Pour soutenir l’économie privée

Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a encouragé le secteur privé à se développer plus fortement, lors du 2e Forum de l’économie privée organisé le 31 juillet à Hanoï par l’Association des jeunes entrepreneurs du Vietnam et l’Initiative de développement du secteur privé de la subrégion du Mékong. Ce forum, intitulé «Plan d’action du secteur privé selon les Résolutions du 5eplénum du Comité central du Parti», a porté sur le plan d’action du secteur privé, l’économie numérique, l’agriculture et le tourisme.

Selon le Premier ministre, les Résolutions du 5e plénum du Comité central du Parti ont réaffirmé la détermination politique et les points de vue du gouvernement sur le rôle de l’économie privée. Cette dernière est un moteur pour le développement de l’économie nationale. Il faut lever les obstacles et créer les meilleures conditions pour l’essor de ce secteur. En effet, les débats essentiels des réunions et dialogues du gouvernement ont porté sur le règlement des freins au développement du secteur privé. Le Premier ministre a appelé la communauté des entreprises à renforcer les dialogues avec le gouvernement. – CVN/VNA