New York (VNA) - La New-York Historical Society a officiellement ouvert le 10 octobre à New York l’exposition "La guerre du Vietnam : 1945-1975", mettant en lumière les causes, les développements et les conséquences de l’un des événements les plus controversés du XXe siècle.
 
Des fantassins américains s’entassent dans un cratère de bombe rempli de boue et regardent des grands arbres de la jungle à la recherche de tireurs embusqués lors d’une bataille à Phuoc Vinh, au nord-est de Saigon, le 15 juin 1967. ​Source : AP

Retraçant les batailles décisives ressenties à la fois sur le front de guerre et sur le front intérieur, "La guerre du Vietnam: 1945-1975", qui durera jusqu’au 22 avril 2018, examine comment ce conflit qui divise a défié les fondements de la vie américaine et marqué profondément une génération.

"Cet événement revêt une grande signification en permettant aux visiteurs à mieux saisir la valeur de la paix", s’est félicitée l’ambassadrice Nguyên Phuong Nga, cheffe de la Mission permanente du Vietnam à l’ONU, lors de la cérémonie d’inauguration à laquelle ont assisté plus de 400 invités.

Une Jeep utilisée à la base aérienne Tân Son Nhât, des objets personnels laissés au Vietnam Veterans Memorial à Washington, des documents d’enrôlement, une peinture en laque poncée, des installations médiatiques de l’offensive du Têt 1968, plus de 300 artefacts, photographies, œuvres d’art, documents, films et médias numériques interactifs contribuent à transmettre l’histoire.
 
Cette photo montre les membres du SANE (National Committee for a Sane Nuclear Policy) manifestent devant la Maison Blanche en 1964. Source : Swarthmore College Peace Collection

Les critiques de la guerre du Vietnam ont commencé à exprimer leur opposition au début des années 1960, avant même que les troupes terrestres américaines soient engagées dans le conflit. Au fur et à mesure que la participation des États-Unis augmentait et que le nombre de morts augmentait, le mouvement anti-guerre se transforma en une mosaïque large et variée de groupes et d’individus contestataires.

"Il s’agit de la première fois que la New-York Historical Society organise une exposition novatrice sur la guerre du Vietnam", a fait savoir sa présidente et directrice exécutive Louise Mirrer.

Elle a souhaité qu’à travers cette exposition préparée pendant trois, les Américains comme les visiteurs internationaux puissent mieux comprendre le conflit le plus long du XXe siècle dont l’écho se fait encore entendre au XXIe siècle.

En juillet 1995, les deux pays ont normalisé leurs relations et établi leurs relations diplomatiques. Ils ont signé en juillet 2000 un accord commercial bilatéral qui a permis à leurs relations commerciales d’exploser et ont établi en juillet 2013 des relations de partenariat intégral.
 
"Le printemps au Tây Nguyên" (Hauts Plateaux du Centre), 1962 et 2016, signé Trân Huu Chât. Source : New-York Historical Society
 
"L’exposition aide les visiteurs à mieux appréhender l’histoire, ce qui les inciterait davantage à apporter leur contribution importante à la promotion de la compréhension mutuelle entre les deux peuples vietnamien et américain", a déclaré l’ambassadrice Nguyên Phuong Nga.

"Plus de quatre décennies après le conflit, le Vietnam et les États-Unis sont devenus des partenaires intégraux. Les développements positifs et vigoureux dans les relations bilatérales ont été rendus possibles grâce aux efforts incessants visant à clore le passé, à surmonter les différences et à s’orienter vers l’avenir", a-t-elle encore indiqué.

Les États-Unis sont aujourd’hui l’un des principaux partenaires d’investissement du Vietnam avec 835 projets totalisant plus de 10,2 milliards de dollars enregistrés, et son troisième partenaire commercial avec les échanges commerciaux bilatéraux de plus de 47 milliards de dollars en 2016.  

La New-York Historical Society est une organisation culturelle américaine reconnue pour des expositions historiques très recherchées et de grande envergure aux sujets tels que le père fondateur des États-Unis Alexander Hamilton, l’esclavage à New York, l’Hudson River School, Abraham Lincoln, la guerre de Sécession. – VNA