Nam Dinh (VNA) - Le village de Bao Dap, dans la province de Nam Dinh (Nord), est en pleine saison de fabrication des lanternes étoilées, un jouet et aussi objet de décoration incontournable lors de la Fête de la mi-automne des Vietnamiens. Chaque année, ce village fournit des millions de pièces au marché.
 
La fabrication des lanternes étoilées apporte un revenu élevé aux familles du village de Bao Dap. Photo : CVN

La Fête de la mi-automne (ou Têt Trung thu en vietnamien), qui tombe le 15ejour du 8e mois lunaire (le 24 septembre cett année) est une des grandes fêtes des enfants vietnamiens. En dehors des gâteaux de Lune traditionnels, des fruits et autres friandises, la lanterne étoilée constitue l’objet incontournable de cet événement festif pour chaque enfant.

Malgré l’envahissement des jouets modernes, ce jouet traditionnel est toujours prisé. En effet, une grande quantité de pièces vendues sur les marchés du Nord provient du village de Bao Dap, dans la commune de Hông Quang de la province de Nam Dinh.
 
Selon les personnes âgées du village de Bao Dap, ce métier existe depuis très longtemps et est transmis de génération en génération. Actuellement, le village compte 300 foyers qui se sont lancés dans ce métier.

La demande en hausse
 
L’artisan Nguyên Van Dinh en train de finir la dernière phase de son œuvre. Photo : CVN
 
Nguyên Thi Huong, fabricante de lanterne à Bao Dap, a déclaré avoir observé une augmentation progressive des achats ces dernières années. Cette année, sa famille a d’ores et déjà vendu 3.000 pièces et continue de recevoir des commandes. Nguyên Minh Dang, patron d’un atelier, annonce que sa famille a quant à lui, vendu environ 30.000 pièces cette saison et qu’il continue lui aussi de recevoir des commandes.
 
Si lors des années précédentes, le prix de vente n’était que de 2.700-3.000 dôngs la pièce, cette année, il grimpe à 5.000-10.000 dôngs, en fonction de la taille de la pièce. Les productions s’écoulent à vitesse grand V dans l’ensemble du Nord, notamment les grandes villes comme Hanoï et Hai Phong. Dès la fin du Têt traditionnel (Nouvel An lunaire), les villageois se mettent à l’ouvrage afin de préparer la nouvelle saison de confection des lanternes.
 
Les lanternes sont entièrement faites à la main sur une base de matériaux simples: des tiges de bambou, du papier cellophane transparent de trois couleurs, rouge, jaune et vert, et une tige de jute. Nguyên Van Dinh, qui a plus de 70 ans d’expériences, confie: les pièces sont fabriquées selon trois tailles en fonction du diamètre: 50 cm, 40 cm, et 30 cm.
 
L’artisan Nguyên Minh Dang se concentre cette année aux lanternes de petites tailles. Photo : CVN

La phase de fabrication d’une lanterne étoilée est, bien évidemment, parfaitement maîtrisée par les artisans, avec minutie, patience et habileté. Pour les grandes tailles, un artisan fabrique de 30 à 40 pièces par jour, celles de petite taille: 120 à 150 pièces par jour.
 
D’après Nguyên Van Quang, vice-président du Comité populaire de la commune de Hông Quang, le village de Bao Dap produit chaque année entre 1,5 et 2,2 millions de lanternes. Ce métier rapporte un revenu assez élevé aux familles. Certaines familles peuvent gagner jusqu’à 150 millions de dôngs par an.

La vie moderne apporte aux enfants vietnamiens son lot de jouets attrayants. Mais, lorsqu’il s’agit de la Fête de la mi-automne, la nostalgie l’emporte et ce sont les lanternes étoilées, emblèmes traditionnels du Trung thu, qui gagnent la première place dans le cœur des habitants. – CVN/VNA