Rome, 17 janvier (VNA) - La Commission européenne (CE) est susceptible d'imposer des droits de douane sur le riz en provenance du Cambodge et du Myanmar, selon l'Association italienne pour l'économie agricole et appliquée.

La Commission européenne (CE) est susceptible d'imposer des droits de douane sur le riz en provenance du Cambodge et du Myanmar. Photo: www.ansa.it

 

La proposition de la CE est de fixer une taxe de 175 euros (198,84 dollars) par tonne en 2019, puis 150 euros et 125 euros dans les deux années suivantes. Ces mesures seront bientôt mises en place s'il n'y a pas d'opposition.

En février 2018, le gouvernement italien a demandé à la CE de rétablir les droits de douane sur le riz en provenance de ces deux pays d’Asie du Sud-Est, en tant que mesures protectionnistes conformes à la réglementation européenne. Il a été soutenu par l'Espagne, la France, le Portugal, la Grèce, la Roumanie, la Bulgarie et la Hongrie.

En décembre 2018, l'Union européenne (UE) a voté sur la restauration des tarifs douaniers sur le riz de ces deux pays. Cependant, la «majorité qualifiée» suffisante n’a pas été officiellement atteinte pour imposer les tarifs.

Auparavant, la CE a proposé d'ouvrir une enquête pour déterminer si les importations de riz en provenance du Cambodge et du Myanmar nuisent aux producteurs de l'UE.

L'Italie est le plus grand producteur de riz d'Europe avec plus de 219.300 ha cultivés et une production annuelle de 1,4 million de tonnes.

Un accord commercial préférentiel a conduit à une forte augmentation des importations de riz en provenance du Cambodge et du Myanmar, qui sont passées de près de 5.300 tonnes en 2008-2009 à 372.000 tonnes en 2018. -VNA