Pour la Fête de la mi-automne cette année, les Hanoiens ont tendance à quelque peu adapter la tradition aux goûts contemporains.

Les "banh nuong" (gâteau farci cuit au four) et "banh deo" (gâteau gluant de pâte de riz sucrée) qui ont gardé leur saveur traditionnelle, sont très prisés des adultes. Les joueux populaires, tous de fabrication manuelle, sont eux très recherchés par les enfants.

Bao Phuong, Ninh Huong, Bà Dân et Phuong Soat sont quatre marques connues de tous les Hanoiens friands de "banh nuong" et "banh deo" au goût traditionnel. Ces produits retrouvent la place qui était la leur sur le marché, après une période difficile qui a vu l'invasion des gâteaux de mi-automne fabriqués industriellement à la saveur plus ou moins étrangère (hongkongaise).

Bao Phuong, sis 183 rue Thuy Khuê, est toujours bondé. Ce magasin vend des "banh nuong" et "banh deo" toute l'année, mais à l'approche de la Fête de la mi-automne, les clients s'y pressent pour observer toutes les étapes de fabrication et acheter des gâteaux tout juste sortis du four pour une somme oscillant entre 30.000 et 60.000 dongs la pièce.

Ninh Huong, au 22 rue Hang Dieu, est plutôt réputé pour ses "banh deo com", fabriqués à base de riz gluant jeune en granule applatie. Les clients peuvent y acheter non seulement des "banh nuong" et des "banh deo", mais aussi du thé vert au lotus ou au jasmin, une boisson qui désaltère et n'altère pas du tout le goût de ces gâteaux.

Les "banh nuong" et "banh deo" de Bà Dân, au 52 rue Hang Be, sont plus sucrés que ceux d'autres marques. Leur saveur typique est appréciée, notamment des habitants du vieux quartier de la capitale.

Le magasin Phuong Soat se trouve au 2e étage dans l'impasse 75 rue Hang Chieu. La bonne odeur qui s'en dégage fait saliver le badaud qui s'aventure à proximité. La confection, entièrement faite main, respecte les normes d'hygiène aliementaire et plaît même aux plus exigeants d'entre nous.

La valeur traditionnelle se traduit non seulement à travers le "retour" de ces "banh nuong" et "banh deo" faits maison, mais aussi par la présence un peu partout des jouets populaires et des jeux de la Fête de la mi-automne dans la rue Hang Ma.

Le glas du règne des jouets en plastique "made in Chine" a sonné! Quand nuit étend son scintillant manteau noir, la rue Hang Ma s'illumine par la magie des lanternes de fabrication vietnamienne, sans oublier les tambours en bois, têtes de licornes et masques en carton qui emplissent les étals des commerçants...

Et surprise, les jouets vietnamiens se vendent bien malgré leur prix élevé. Une lanterne à ombres mobiles coûte par exemple 60.000 à 120.000 dongs. "Une lanterne chinoise, vendue 30.000 dongs, est plutôt recherchée par les jeunes, tandis que les enfants et leurs parents privilégient les produits vietnamiens", constate un vendeur.

Même constat pour les tambours en bois. Ces derniers se négocient à 30.000 à 80.000 dongs l'unité, beaucoup plus élevés que les articles en plastique importés. "Parce qu'ils sont plus solides", explique un vendeur.

"J'ai choisi une tête de licornes comme cadeau pour mes petits-enfants. Je crois qu'ils l'aimeront. Les jouets traditionnels ont un charme unique", confie une femme domiciliée dans le vieux quartier de Hanoi. -AVI