Ho Chi Minh-Ville, 4 juillet (VNA) - Les exportations de produits aquatiques du Vietnam ont maintenu une croissance à deux chiffres au premier semestre de 2018 et devraient continuer de croître fortement le reste de l'année malgré la chute des prix de la crevette dans le monde.
 
Une usine de transformation des crevettes à l'exportation. Photo : VNA

Selon l'Association des exportateurs et producteurs de produits aquatiques du Vietnam (VASEP), les exportations de produits aquatiques ont atteint près de 4 milliards de dollars au cours de la période, en hausse de 12,3% sur un an.

En juin, le poisson tra (pangasius) a rapporté plus de 200 millions de dollars au pays, en hausse de près de 33% en glissement annuel, portant le chiffre à six mois à environ un milliard de dollars, en hausse de 21%.

En dehors de la vente vers l'Union européenne (UE), les exportations de poisson tra vers d'autres marchés restent optimistes, en particulier en Chine et aux États-Unis.

Grâce à un contrôle de qualité serré par le Département à l'Agriculture des États-Unis, les consommateurs américains et leurs rivaux n'ont aucune raison de boycotter le poisson tra vietnamien. En outre, des signes positifs provenant d'autres marchés, tels que la Chine, ont également augmenté considérablement les prix du poisson tra.

Les statistiques de la VASEP ont montré que les exportations de crevettes ont augmenté de 7,6% en glissement annuel pour atteindre 1,6 milliard de dollars au premier semestre.

Malgré l'impact de l'avertissement de la carte jaune de l'UE sur la pêche illégale, non déclarée et non réglementée, les expéditions de thon ont dépassé 300 millions de dollars au cours de la période, en hausse de 13% en glissement annuel. Les exportations de seiches et de poulpes ont augmenté de 13% pour atteindre environ 300 millions de dollars, tandis que les autres exportations de produits de la mer ont approché 653 millions de dollars, soit une augmentation de 14%.

Les entreprises ont prévu que les exportations de fruits de mer continueront de croître au cours de la dernière moitié de l'année grâce à une augmentation de la demande. Un certain nombre d'entreprises de transformation nationales ont signé des contrats pour servir les grandes fêtes plus tard cette année.

Les exportations de fruits de mer vers les États-Unis, principal importateur du Vietnam, ont progressé de 1,3% par rapport à l'année dernière pour atteindre 626 millions de dollars, suivies des exportations vers le Japon, en hausse de 4,8% pour 600 millions de dollars.

Après l'avertissement «carte jaune» de l'UE sur la pêche illégale, non déclarée et non réglementée INN, les exportations de produits de la mer vers l'UE ont augmenté seulement de 2,7%, plaçant l'UE au 4e rang parmi les principaux marchés d'exportation du Vietnam, derrière les États-Unis, le Japon et la Chine.

Avec un chiffre d'affaires de 586 millions de dollars au premier semestre de l'année, en hausse de 16,7% par an, la Chine est aujourd'hui le 3e importateur de produits aquatiques du Vietnam.

Le secrétaire général de la VASEP, Truong Dinh Hoe, a indiqué que la Chine deviendrait probablement le plus grand importateur de fruits de mer du Vietnam dans un proche avenir. L'année dernière, la Chine figurait pour la première fois parmi les premiers marchés d'exportation de produits de la mer au Vietnam, avec une valeur de 1,28 milliard de dollars, occupant une part de marché de 15%.

Au cours des cinq dernières années, les exportations de poisson tra du Vietnam vers la Chine ont bondi de 21% à 31% par an.

Cependant, les achats massifs de produits aquatiques du Vietnam nuisent également à l'approvisionnement des usines de transformation nationales, rendant difficile le contrôle du contenu chimique et de la qualité des produits aquatiques exportés, nuisant ainsi à l'image et aux marques des produits aquatiques vietnamiens en Chine et à l'étranger.

La VASEP a récemment suggéré que le ministère de l'Agriculture et du Développement rural délivre et vérifie les certificats de qualité avant que les marchandises soient expédiées en Chine par la route, tout en inspectant les établissements de transformation des produits aquatiques pour assurer la qualité. –VNA