Quang Nam (VNA) - Les experts ont discuté de la formation à la restauration et à la conservation la préservation des monuments du patrimoine culturel mondial, y compris le sanctuaire de My Son du Vietnam, lors d’une conférence internationale tenue mercredi 27 mai dans la province de Quang Nam.

Vue de la conférence dans la province de Quang Nam, dans le Centre, le 27 mai. Photo: VNA

 

Cet événement a marqué la fin de la première étape d’un projet de recherche archéologique et de restauration dans le sanctuaire de My Son. Le projet est réalisé par le Collège de technologie de Quang Nam et le Centre de formation à la restauration et à la conservation des monuments culturels de l’Université polytechnique de Milan, en Italie.

Phan Hô, responsable du conseil de gestion du site du patrimoine culturel de My Son, a déclaré que la restauration, qui garantit l’authenticité et les valeurs fondamentales des monuments, constitue le principe de base de tous les projets de restauration, auxquels il faut absolument adhérer sur les héritages culturels mondiaux tels que le sanctuaire de My Son.

Dans le passé, la restauration du sanctuaire de My Son dépendait principalement d’experts et de techniciens étrangers. Cependant, deux ans après le lancement du premier cours de formation à la restauration et à la conservation des monumets avec l’aide de l’Université polytechnique de Milan, le Comité de gestion du patrimoine culturel mondial de My Son, dispose désormais d’un personnel compétent, a-t-il déclaré.

Trân Van Tân, vice-président du Comité populaire de la province de Quang Nam, a déclaré que, grâce aux programmes de coopération archéologique et de conservation mis en place depuis des décennies, le sanctuaire de My Son est sorti des ruines avec ses tours restaurés dans leur état et leurs valeurs d’origine.

Il a exprimé l’espoir que l’expérience de plusieurs décennies au sanctuaire de My Son serait utile à la restauration d’autres vestiges à Quang Nam et dans des pays de la région sous-région du Mékong.

Le sanctuaire de My Son, un ensemble de temples-tours Cham, s’est développé du 4e au 13e siècle de notre ère. Ses édifices s’élèvent dans la région montagneuse du district de Duy Xuyên de la province de Quang Nam.  Le sanctuaire est situé dans un cirque élevé, entouré d’une chaîne de montagnes formant le bassin-versant du fleuve sacré de Thu Bôn. 

Le site était autrefois un centre culturel et religieux, ainsi que le lieu de sépulture de rois et de moines Cham. Bien qu’il n’y ait pas beaucoup de grandes structures comme à Angkor (Cambodge), Pagan (Myanmar) ou Borobudur (Indonésie), My Son est l’un des plus grands sanctuaires religieux de l’hindouisme de l’Asie du Sud-Est et il joue un rôle important dans la compréhension de l’histoire ancienne de la région Sud-Est asiatique. – VNA