Hô Chi Minh-Ville, 17 septembre (VNA) - Le secteur de la pêche vietnamien a besoin d'une stratégie de développement durable pour rester productive à long terme sur le marché mondial, ont indiqué des experts.

Tranformations des crevettes pour les exportations. Photo : VNA

Au début du mois de septembre, les produits aquatiques du Vietnam étaient disponibles sur 177 marchés étrangers. Selon l'Association de transformation et d'exportation de produits aquatiques (VASEP), la production dans le secteur primaire - tant de l'agriculture que de la pêche - a augmenté de façon continue au cours des 17 dernières années, avec un taux annuel moyen de 9%. Sur ce chiffre, la production aquatique a augmenté de 12% par an et la production de la pêche de 6%.

La VASEP a déclaré que l'aquaculture du Vietnam a augmenté de près de 60%, passant de 4,6 millions de tonnes en 2008 à 7,3 millions de tonnes en 2017. Le chiffre d'affaires des exportations a atteint 4,5 milliards de dollars en 2008 et devrait doubler cette année.

La doctoresse Quach Thi Khanh Ngoc, professeur de la faculté d’économie de l’Université de Nha Trang, a déclaré que le Vietnam est l’un des pays les moins adaptés au changement climatique. La région du delta du Mékong serait la plus touchée du pays et, par conséquent, le secteur de la pêche également.

Pour mieux s’adapter au changement climatique, le secteur a besoin d’actions spécifiques de la part des producteurs et des agriculteurs, avec la participation de scientifiques pour produire des races résilientes et de nouvelles technologies pour le secteur.

Le vice-secrétaire général de la VASEP, Nguyên Hoai Nam, a déclaré que les transformateurs et les exportateurs vietnamiens de produits de la mer ont diversifié leurs produits; prêté attention à la sécurité alimentaire, à l'hygiène et à la qualité; et strictement suivi les exigences des importateurs.

Les exportations des produits aquatiques représentent actuellement de 4 à 5% du chiffre d’affaires total du pays. Le secrétaire général de la VASEP, Truong Dinh Hoe, a noté que plus de la moitié de sa production de fruits de mer est exportée. En outre, 80% des quelque 100 millions de Vietnamiens consomment des produits aquatiques. Par conséquent, lorsque les exportateurs locaux manquent le marché intérieur, cela créera une grande opportunité pour les autres pays qui souhaitent exporter leurs produits au Vietnam. À ce stade, les entreprises vietnamiennes auront du mal à concurrencer le marché intérieur, a ajouté Truong Dinh Hoe.

Nguyên Ngô Vi Tam, directeur général de la compagnie Vinh Hoan dans la province de Dong Thap, dans le delta du Mékong, a déclaré que même si le marché intérieur génère des profits inférieurs à ceux des exportations, il peut consommer 13 à 14% des produits transformés. Afin de faciliter la circulation des produits sur le marché local, Nguyên Ngô Vi Tâm a suggéré d’améliorer le système logistique et d’améliorer le canal de distribution pour garantir que les produits conservent leur haute qualité lorsqu'ils parviennent aux mains des clients. –VNA