​Lâm Dông (VNA) - Les Vietnamiens peuvent maintenant goûter de bonnes fraises coréennes cultivées dans la vallée Da Nhim, province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre), au lieu de celles importées directement de Corée.

Son Sang-hyeon dans la fraiseraie à Da Nhim, district de Lac Duong, province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre). Photo: CTV/CVN

Dès sa première visite à Dà Lat, le Sud-Coréen Son Sang-hyeon, 41 ans, a immédiatement décelé le haut potentiel de la région. Ce fermier a réalisé que la terre et la température locales étaient favorables à la culture des fraises. En Corée, elles ne peuvent cependant qu’être cultivées en hiver alors qu’à Dà Lat, c’est possible pendant toute l’année.

Avant d'importer des variétés de fraises de Corée à Da Nhim, Son Sang-hyeon en a consulté de nombreuses autres variétés cultivées à Dà Lat. "Toutes sont délicieuses, chacune a ses propres caractéristiques et avantages", a-t-il déclaré. Cependant, le cultivateur s’est aperçu que les variétés coréennes étaient plus parfumées et meilleures au goût. Il n’en fallait pas plus pour le convaincre de lancer son projet de culture de fraises coréennes dans la province de Lâm Dông. En 2014, il s’est mis à louer près de 7 ha de terrain à Da Nhim, dans le district de Lac Duong, et a obtenu la permission de créer son entreprise, la ferme SamGong.

Pour l’épauler, Son Sang-hyeon a embauché quatre ingénieurs agronomes, dont deux qui ont fait leurs études en Israël. Ils sont responsables de faire croître la production des fraises, tout en veillant à leur bon développement. Dans cette optique, la ferme est équipée de machines de hautes technologies importées de République de Corée, d'un coût de 700 millions de dôngs pour chaque 1.000 m². Le cultivateur a opté en priorité pour des pesticides bio, c’est pourquoi il est possible de cueillir et manger les fraises directement dans le jardin.

Actuellement, sa ferme de 5.000 m² est en pleine saison des récoltes : 40 kg de fraises sont recueillies chaque jour, et revendues au prix de 300.000 dôngs le kilo. Et c’est loin d’être fini, car les fraises de Son Sang-hyeon sont acheminées chez les grossistes de Dà Lat, mais aussi de Hô Chi Minh-Ville et de Hanoï. Une vague fruitée et délicieuse, qui pourrait séduire le pays en entier ces prochains temps. -CVN/VNA