Deux grands concerts originaux de jazz du quartet Fabrice Alleman avec l’Orchestre philharmonique de Hanoi ont été donnés les 29 et 30 novembre au Théâtre de la Jeunesse.

Cet événement entrait dans le cadre du Festival européen de musique au Vietnam 2013 et de la clôture des activités de célébration du 20e anniversaire de l’établissement des relations culturelles entre le Vietnam et Wallonie-Bruxelles.

"Ce Festival est organisé depuis une dizaine d’années, et il a connu ces dernières années une évolution intéressante. Si, au départ, chacun entre nous, la France, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas…, nous nous efforçions de présenter et de promouvoir notre propre culture et nos artistes, aujourd’hui, nous nous orientons vers une coopération qui nous conduit tout doucement à une collaboration", a déclaré le 30 novembre Christian Bourgoignie, délégué de Wallonie-Bruxelles au Vietnam.

"Ainsi, de plus en plus souvent, comme ce soir, nous nous efforçons d’associer des artistes vietnamiens afin de donner du sens à nos initiatives, afin de leur permettre d’être confrontés à d’autres sensibilités, mais aussi et surtout de permettre à nos artistes de découvrir, au bout de ce voyage, une créativité et une richesse intéressantes", a-t-il ajouté.

Cette rencontre hors-normes entre le monde du jazz et l’Orchestre philharmonique de Hanoi, dont la réputation n’est plus à faire, a donné au public des émotions fortes grâce à un jazz symphonique emprunt de sensibilité et d’émotions, de groove et d’envolées lyriques qui n’ont laissé personne indifférent.

Jazzman incontournable de la scène belge et internationale, virtuose du saxophone, meilleur album de jazz en 1998, Sabam Jazz Awards 2011, Fabrice Alleman a joué dans le monde entier (Canada, Nicaragua, Suède, Sénagal, France, Allemagne…), et a enregistré sept disques en tant que leader et une cinquantaine en tant que sideman.

Il a présenté un nouveau projet dont il rêvait depuis longtemps et où son quartet est renforcé (le mot est faible) par l’Orchestre philharmonique de Hanoi dirigé par Pham Ngoc Khôi. Ce dernier est un vieil ami auquel Fabrice Alleman a confié le soin d’écrire les arrangements : qui d’autre que Michel Herr aurait pu s’acquitter avec autant de talent de cette tâche ? Loin des tapis sirupeux qui entourèrent jadis les premiers projets "strings" montés par des jazzmen, le propos est ici de permettre au leader (et à ses partenaires) de s’envoler au cœur d’un somptueux univers sonore nourrissant de manière lumineuse improvisations et lignes mélodiques.

Une section rythmique hors pair participe à l’aventure : Vincent Bruyninckx (le pianiste sur lequel tous les regards convergent depuis un ou deux ans), Reggie Washington (ex-Five Elements de Steve Coleman, aujourd’hui basé en Belgique) et Mimi Verderame (un des plus "overbookés" des batteurs belges). -VNA