La session ouverte du Conseil d’affaires de la GMS à Hanoï. Photo: VNA
 

Hanoï (VNA) - Le développement des infrastructures, les finances pour les infrastructures, la coopération dans la sous-région du Grande Mékong (GMS), le commerce mondial, les technologies agricoles, le secteur économique privé… étaient les contenus essentiels discutés lors de la session ouverte du Conseil d’affaires de la GMS (Greater Mekong Subregion - sous-région du Grand Mékong) qui a commencé le 30 mars à Hanoï.

Selon le ministre vietnamien des Transports et des Communications Nguyen Van The, les infrastructures jouent un rôle important pour le développement socio-économique d’un pays et créent la force pour la croissance. L’investissement dans les infrastructures est une priorité de pays en développement, dont le Vietnam et les pays de la GMS. En fait, le Vietnam a annuellement consacré 9-10% du PIB au développement des infrastructures, concrètement aux transports, à l’énergie, aux télécommunications, à l’eau.

Partageant les points de vue du Japon en la matière, l’ambassadeur Umeda Kunio a précisé qu’en tant que partenaire de la GMS, le Japon soutenait fortement la croissance économique, la réduction des écarts de développement, la promotion de l’investissement et du commerce à travers les projets de développement des infrastructures au sein de la GMS. Les infrastructures de qualité contribuent à assurer l’efficience économique, créer l’emploi, améliorer la capacité des locaux. Outre l’assistance au développement des infrastructures, le Japon soutient aussi la formation du personnel pour opérer et maintenir le système d’infrastructure. Le Japon s’engage de poursuivre son aide aux pays de la GMS en la matière.

Concernant la question de technologies agricoles, le ministre vietnamien de l’Agriculture et du Développement rural Nguyen Xuan Cuong a souligné que l’agriculture jouait un rôle important au sein de la GMS et l’une des mesures essentielles pour le développement était l’application de hautes technologies. Le secteur agricole contribue pour une part importante au chiffre d’affaires de chaque pays. L’application des technologies dans l’agriculture demande des politiques décisives. Les pays de la GMS doivent renforcer la gestion des ressources naturelles.

Ousmane Dione, directeur de la Banque mondiale au Vietnam, a souligné la nécessité d’appliquer les progrès scientifiques dans l’amélioration de la production agricole et d’encourager les entreprises privées à participer à ce secteur.

A propos du  développement du secteur économique privé, Phan Van Vinh, vice-directeur  de l’Initiative d’assistance au secteur privé de la GMS, a estimé que les accords de libre-échange créaient de nombreuses opportunités pour les entreprises.

Selon lui, le secteur privé peut investir dans divers domaines tels que l’environnement, l’énergie, l’agriculture, l’environnement et etc.

Lors de cette session ouverte, les participants ont également discuté d’autres contenus comme le commerce et l’investissement au sein de la GMS, de nouvelles tendances de développement de la GMS, l’e-commerce, la révolution 4.0, l’économie numérique, les effets des accords de libre-échange de nouvelle génération, le soutien aux femmes start-up…

La session ouverte du Conseil d’affaires de la GMS a commencé le 30 mars à Hanoï avec la participation des représentants des pays membres de la GMS (Cambodge, Chine, Laos, Myanmar, Thaïlande et Vietnam), ceux d’institutions et organisations internationales (Banque asiatique de Développement, Banque mondiale, Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, ASEAN), des partenaires de développement, des entreprises. -VNA