Conférence sur le renforcement de la culture intensive des anacardiers, le 28 octobre à Hô Chi Minh-Ville. 

Ho Chi Minh-Ville (VNA) - Une conférence sur le renforcement de la culture intensive des anacardiers a été organisée le 28 octobre à Hô Chi Minh-Ville par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural et l’Association de la noix de cajou du Vietnam (VINACAS).

La culture des anacardiers en association avec d’autres plantes de haute valeur ajoutée est recommandée par les agronomes, ce pour garantir, d’une part, le volume de noix de cajou destiné à l’exportation et pour augmenter, d’autre part, la rentabilité pour les cultivateurs.

Lors de la conférence, Lê Quôc Doanh, vice-ministre de l’Agriculture et du Développement rural, a demandé au Département de la culture, à la VINACAS, ainsi qu’aux services concernés de prendre des mesures efficaces pour développer et produire durablement cette noix, tout en prêtant attention à la recherche de nouvelles variétés capables de résister aux épidémies et aux impacts néfastes des pluies de contre-saison sur les anacardiers.

Les conférenciers ont proposé d’adopter le modèle de culture d’anacardier en combinaison avec les plants d’arachide de sorte que les cultivateurs puissent améliorer les profits de leurs plantations. M. Doanh a recommandé aux services compétents d’aménager et de veiller aux régions de plantations de faible rendement affectées par les pluies de contre-saison pour trouver des solutions face à cet aléa, dont la remise en terre de vieux anacardiers.

Selon les statistiques dudit ministère, à l’heure actuelle, le pays recense près de 340.000 ha de plantations d’anacardiers, soit une hausse de 8.700 ha en glissement annuel. Les plantations donnant des récoltes représentent 284.000 ha, et les provinces méridionales occupent 61% de la superficie totale du pays.

Néanmoins, si l’on en croit les experts, les plantations d’anacardiers risquent de diminuer du fait que les bénéfices dégagés de cette noix ne sont pas stables et que les cultivateurs ne sont pas suffisamment formés en termes de techniques culturales pour pouvoir augmenter le rendement de leurs plantations dans certaines provinces.

Mesures pour développer les anacardiers

Face à cette question, Nguyên Hông Son, directeur du Département de la culture, a demandé aux scientifiques de trouver de nouvelles variétés pour remplacer celles moins adaptables aux caprices climatiques. En parallèle, les autorités locales sont appelées à contrôler la survenue des épidémies, notamment en saison des pluies.

Par ailleurs, M. Son a suggéré aux entreprises de coopérer avec les cultivateurs pour mettre en œuvre des programmes de formation à la Bonne pratique agricole (Global GAP) pour les cultivateurs. Autre proposition : créer des clubs des meilleurs paysans et des coopératives ainsi que des professionnels pour s’entraider dans la culture et le partage des connaissances sur le traitement des récoltes.

Au niveau local, selon Trân Van Lôc, directeur du Service de l’agriculture et du développement rural de la province de Binh Phuoc (Sud), surnommée le royaume des anacardiers avec ses 174.000 ha de plantations, plusieurs programmes de soin destinés à ces cultures ont été appliqués dans les districts de Bu Dang, Bu Gia Mâp, Dông Phu, Phu Riêng, Bu Dôp et Phuoc Long. M. Lôc a appelé les investisseurs à accompagner les cultivateurs pour aménager de grandes exploitations (ce qui nécessite ainsi une politique de remembrement), ce afin de répondre aux exigences de quantité comme de qualité au service de l’exportation.

Pour le moment, la province de Binh Phuoc a coopéré avec le groupe PAN pour déclencher un programme de production massive sur une superficie de 10.000 ha. Ce programme vise à produire des noix de cajou de haute qualité conformément aux normes Global GAP requises par les marchés importateurs.

À cette occasion, une centaine de cultivateurs de plusieurs provinces ont été honorés par l’Association de la noix de cajou du Vietnam pour avoir excellé dans la culture des anacardiers ainsi que pour leurs contributions importantes au développement de la noix de cajou dans différentes localités. -CVN/VNA​​