Dak Lak (VNA) - C’est le retour des calendriers. Pour 2018, si la formule reste la même, les formes évoluent. Ils auront de nouvelles formes, seront encore plus pratiques pour les consommateurs.
 
Les calendriers, grandes vedettes de la rue Dinh Tiên Hoàng. Photo : CVN

Les calendriers 2018 sont déjà là. On les voit un peu partout y compris dans les librairies des rues Nguyên Thi Minh Khai (3e arrondissement), Nguyên Dinh Chiêu (3e arrondissement) et Ly Thai Tô (10e arrondissement). Ils ont diverses allures : calendrier de table, calendrier mural ou bloc calendrier entre autres.

Ils sont très utiles pour décorer les maisons ou pour offrir aux proches. De nombreuses entreprises de la ville ont investi dans le développement de blocs de calendrier, avec des designs sophistiqués et des contenus riches et imagés.

Par contre, les calendriers muraux ou les calendriers de table se font plus rares. Actuellement, les sociétés privées, les entreprises et les banques se préparent à leur distribution.

À l’heure actuelle, les blocs sont assez grands (30 x 40 cm ou 25 x 35 cm) et sont faits à base de papier couché (compter de 200.000 dôngs à 500.000 dôngs). Certains modèles de calendrier en bois, sculptés et plus élaborés, peuvent aller jusqu’à deux millions de dôngs.

Le chien en vedette !

Kim Thanh, vendeur de calendriers rue Nguyên Thi Minh Khai, a informé que beaucoup de parents, de professeurs posaient des questions sur deux séries de bloc calendrier en particulier représentant des contes populaires vietnamiens et des jeux folkloriques, distribués par la compagnie An Hao.

C’est un calendrier de 52 pages, illustré par un conte populaire vietnamien. Ces nouveautés sont appréciées pour 2018. Selon un client, chaque page peut être un petit «coin d’études» pour les parents et les enfants, un prétexte pour discuter avant de dormir.
 
Huy Lâm, est lui vendeur de calendriers, rue Dinh Tiên Hoàng. Il a déclaré que le contenu des calendriers tourne toujours autour des thèmes de paysages naturels et les images sont bien trouvées pour attirer les consommateurs. En outre, en 2018,  le chien sera la vedette ! Pourtant, peu d’entreprises choisissent cette image comme thème principal de leur calendrier.

Le calendrier ne donne pas seulement le jour ou le mois. Il est aussi un élément décoratif et les entreprises et maisons le savent bien. La culture nationale doit y être aussi bien présente. 

Vo Thi Tuyêt Trinh, directeur de la société Song Hanh Saigon, a déclaré que sur la base de 2017, sa société s’est concentrée sur les commandes d’entreprises privées, de banques et de compagnies d’assurance pour fournir leurs produits. En 2018, l’entreprise vise encore plus haut en cernant la culture et la vie quotidienne au Vietnam. 10.000 pièces ont déjà été imprimées.

Pour 2018, la compagnie An Hao a investi dans le thème de la culture vietnamienne avec chaque image peinte soigneusement par des artistes. En outre, il y a un ensemble de bloc de calendrier de conte populaire vietnamien avec 53 histoires typiques (mythes, légendes, contes de fées et fables vietnamiennes).

Selon Nguyên Minh Tuân, directeur adjoint de la compagnie An Hao, dans le contexte d’un marché du calendrier en effervescence, les fabricants doivent vraiment investir dans leurs produits lorsqu’ils sont commercialisés. Il faut savoir montrer sa différence. La culture populaire vietnamienne est ainsi considérée comme une source d’émotions intacte.

2018, sera donc l’année du renouveau des calendriers, une année faste pour les fabricants et artisans. – CVN/VNA