Le Pr. Dr. Trân Tho Dat, recteur de l’Université nationale d’économie.

 

Hanoï (VNA) - La croissance du Produit intérieur brut (PIB) du Vietnam a atteint 7,38% au premier trimestre 2018, soit la plus forte hausse depuis dix ans. Analyse du Pr. Dr. Trân Tho Dat, recteur de l’Université nationale d’économie.

L’économie nationale a enregistré, en 2017, une croissance de 6,81%, soit plus élevée que les prévisions. Au cours du 1er trimestre 2018, ce chiffre était de 7,38%. Selon plusieurs économistes, nous entrons dans une nouvelle phase de développement. Que pensez-vous de cette analyse?

Les données de l’accroissement de l’économie vietnamienne au cours des derniers trimestres 2017 et du 1er trimestre 2018 étaient satisfaisantes. L’économie durant ces périodes a connu une forte hausse.

En ce qui concerne l’offre, les secteurs de l’agriculture, de la sylviculture et de aquaculture bénéficient de conditions favorables et continueront à progresser. L’industrie manufacturière maintient, elle aussi, sa croissance. Idem pour l’exploitation minière.

Les exportations ont aussi connu une bonne progression. L’indice des prix à la consommation (IPC) du premier trimestre a progressé de 2,82% rapport à la même période de 2017.

Ces résultats encourageants sont dus à une macroéconomie stable ainsi qu’à de bonnes directives du gouvernement. Précisément, dès le début 2018, le gouvernement a publié la Résolution N°01 concernant les principales tâches et solutions guidant la mise en œuvre du plan de développement socio-économique 2018 et les estimations du budget de l’État.

Selon cette résolution datée du 1er janvier 2018, le gouvernement compte renforcer la stabilité économique, maîtriser l’inflation, assurer l’équilibre de l’économie, améliorer l’environnement des affaires et accélérer la croissance économique.

Ces bons signes du 1er trimestre 2018 sont remarquables par rapport à la même période de 2017 qui a enregistré la croissance la plus inférieure en comparaison à ces dernières années. À cet effet, le gouvernement a souligné l’importance de la mise en œuvre de politiques macroéconomiques et monétaires proactives avec des politiques fiscales rigoureuses. Le gouvernement s’efforce donc d’atteindre les 6,7% de croissance annuelle et de maintenir l’augmentation moyenne de l’IPC à 4%.

Ainsi, je ne vois pas encore de signes prévoyant une entrée de l’économie vietnamienne dans une nouvelle phase de croissance spectaculaire.

Dites-vous que l’économie vietnamienne devra faire face à des défis  dans les temps à venir?

Oui effectivement, le Vietnam devra encore affronter de nombreux défis sur sa voie de développement.

Les politiques protectionnistes mises en place par certains pays, notamment les États-Unis, deviennent des barrières pour les exportations vietnamiennes. Sans compter les conséquences du changement climatique comme la sécheresse, les typhons, l’infiltration d’eau salée sur les exploitations agricoles…

La productivité du travail, la dette publique et l’inflation demeurent des risques majeurs que le Vietnam doit affronter.

L’investissement direct étranger (IDE) est considéré comme une force motrice du Vietnam. La plupart des analyses sur les perspectives de l’économie vietnamienne comptent sur l’augmentation de l’IDE. Selon les économistes, le pays devrait éviter le piège du revenu intermédiaire.

D’après vous, quand le Vietnam entrera-t-il dans une nouvelle phase de croissance?

Pour que le Vietnam puisse se développer à long terme, l’économie nationale doit maintenir un accroissement stable et durable du PIB.

Le pays est en voie de développement et se dote de nombreux atouts pour grandir. Afin de passer à une nouvelle phase de croissance, le Vietnam doit enregistrer une hausse du PIB de 7% à 8% dans deux ou trois ans. Certaines études ont récemment montré que sa croissance pourrait effectivement atteindre plus de 7% dans les mois à venir.

Selon les données statistiques, le revenu per capita du Vietnam était, en 2017, d’environ 2.300 dollars, soit inférieur à celui de certains pays de l’ASEAN (Association des nations de l’Asie du Sud-Est). Pour que ce chiffre puisse doubler d’ici dix ans, le revenu per capita devrait connaître une hausse de 7,2% par an. -CVN/VNA