Hanoi, 20 février (VNA) - Fin 2018, 68 compagnies aériennes proposaient des vols à destination du Vietnam. Un essor certes appréciable mais créant des difficultés logistiques certaines pour les aéroports.
 
Le premier vol régulier de Qatar Airways entre Doha et Dà Nang (Centre), le 19 décembre 2018. Photo: Lê Lâm/VNA/CVN


Les mois de novembre et de décembre 2018 virent l’inauguration de nombreuses nouvelles lignes aériennes directes en provenance du Qatar (Qatar Airways), de République de Corée (Jeju Airlines), de Suisse (Edelweiss) ou de Malaisie (Air Asia) et à destination de Dà Nang (Centre, de Phu Quôc ou encore de Hô Chi Minh-Ville (Sud).

Selon Vu Thê Phiêt, directeur général de la Compagnie générale d’aviation du Vietnam, en 2019, l’aéroport international de Phu Quôc devrait accueillir encore de trois à cinq sociétés aériennes.

Qui dit ligne directe, dit installation permanente des compagnies aériennes sur le territoire. Il est clair que ce phénomène est, en partie, une conséquence directe des réussites vietnamiennes en matière touristique mais aussi du "boom" économique et touristique de la région Asie du Sud-Est, produisant une forte demande en service de transport de la part des classes moyennes émergentes.

Mais cette réussite fulgurante laisse déjà entrevoir le revers de la médaille: les aéroports du Sud-Est asiatique en général et du Vietnam en particulier sont surchargés, ce qui ne manque pas de provoquer des désagréments pour les professionnels du secteur.

D’après Lee Seok-ju, PDG de Jeju Air, 3e compagnie sud-coréenne à bas prix, ce problème de fluidité dans l’espace aérien engendre retards et annulations et, pire encore, met en péril le prestige des compagnies aériennes.

Expansion des aéroports Nôi Bài et Tân Son Nhât
 
Bamboo Airways, une nouvelle agence aérienne nationale. Photo: ST/CVN


Les aéroports Nôi Bài (Hanoï) et Tân Son Nhât (Hô Chi Minh-Ville) ne sont pas en reste et voient déjà la réduction de la fréquence des vols de certaines compagnies étrangères.

Afin de minimiser la surcharge des aéroports internationaux, l’agrandissement ainsi que la répartition des vols vers d’autres aéroports plus petits, comme celui de Liên Khuong à Dà Lat (hauts plateaux du Centre) ou de Tuy Hoà à Phu Yên (Centre), sont indispensables.

Soixante-huit agences aériennes présentes au Vietnam

D’après le Département de l’aviation du Vietnam, 68 compagnies étrangères issues de 25 pays et territoires organisent leurs affaires à destination du Vietnam. Pour sa part, le pays dénombre cinq sociétés spécialisées dans ce domaine à savoir Vietnam Airlines, Vietjet Air, Jetstar Pacific, Vasco et Bamboo Airways.
 
En ce qui concerne Nôi Bài, le vice-Premier ministre Trinh Dinh Dung a demandé au ministère des Transports et des Communications de collaborer avec des scientifiques et des sociétés de consultation afin de réviser la planification du développement de l’aéroport international de Nôi Bài d’ici l’an 2030, vision 2050. Dans l’immédiat, ce ministère rectifie l’aménagement de la partie nord de l’aéroport afin de porter sa capacité à 50 millions de passagers par an en 2030. Ensuite, il étudiera la possibilité d’élargir l’aéroport vers le sud, ce qui lui permettra d’accueillir de 80 à 100 millions de passagers par an vers 2050.

Pour sa part, Tân Son Nhât se verra pourvu d’une nouvelle aérogare d’une capacité de 20 millions de passagers par an et d’ouvrages auxiliaires tels que des entrepôts, des ateliers de maintenance et de préparation de repas…  "Des technologies de pointe seront mises en place dans cette nouvelle aérogare", affirme Lai Xuân Thanh, président du conseil d’administration de la Compagnie générale des aéroports du Vietnam (ACV - Airports Corporation of Vietnam).

Selon l’ACV, une fois cette nouvelle aérogare opérationnelle, en 2025, Tân Son Nhât pourrait accueillir au total 50 millions de passagers par an. - CVN/VNA