Hanoi (VNA) – En République de Corée, les restaurants Alaghi font partie des ambassadeurs de la culture culinaire du Vietnam. La qualité de leur assiette dans une ambiance très vietnamienne leur apporte un tel succès qu’ils affichent souvent complets aux heures des repas.
 
Alaghi, la cuisine vietnamienne seduit en Republique de Coree hinh anh 1Doàn Ngoc Quang veut apporter les saveurs du Vietnam sur les tables sud-coréennes. Photo : CTV/CVN

Les relations entre le Vietnam et la République de Corée sont florissantes à tous égards. L’un des éléments contribuant à les renforcer est la promotion culturelle dans leurs communautés réciproques, dont la gastronomie.

À l’heure actuelle, il existe environ 400 restaurants spécialisés dans la cuisine vietnamienne au Pays du Matin calme, dont une centaine dans la capitale Séoul. Les mets les plus réputés sont le pho (soupe de nouilles de riz à la viande de bœuf ou de poulet) et le nem (rouleaux de printemps frits). Une façon pour les Sud-Coréens de découvrir le Vietnam, un pays à la cuisine savoureuse. Très vite, ils se sont montrés très intéressés par les restaurants Alaghi qui, ouverts depuis un an seulement, sont toujours bondés.

Un succès fulgurant

"Mon premier établissement Alaghi a vu le jour en septembre 2018 à Dongdaemun. Il comptait une vingtaine de tables. À côté de l’emblématique pho , nous proposons aussi d’autres spécialités vietnamiennes. Seulement dix mois après l’ouverture, nous avons réussi à récupérer 2 milliards de dôngs de capitaux investis", se réjouit Doàn Ngoc Quang, propriétaire du restaurant. "Lorsque mes amis sud-coréens venaient dîner chez moi, ils me félicitaient souvent pour ma cuisine. C’est ainsi que l’idée d’ouvrir un restaurant m’est venue", se souvient-il.
 
Alaghi, la cuisine vietnamienne seduit en Republique de Coree hinh anh 2Le restaurant Alaghi à Séoul attire de nombreux clients. Photo : CTV/CVN

À la suite d’études en management à l’Université Koomin à Séoul, il s’est rendu compte que cette discipline n’était pas faite pour lui. Master obtenu et vouant une véritable passion pour la cuisine, il a décidé d’en vivre au Pays du Matin calme. Son objectif est de partager le meilleur de la cuisine traditionnelle vietnamienne en ouvrant son propre restaurant Alaghi (en français : Manger, c’est l’addiction !).

"À Alaghi, nous vendons des plats vietnamiens et nous avons choisi ce nom dans l’espoir que nos clients soient accros à la gastronomie traditionnelle du pays", explique Doàn Ngoc Quang.

Mais de l’idée de restaurant à la réalisation,  le chemin ne fut pas si simple. D’autant qu’il souhaitait assumer toutes les fonctions, aussi bien dans la gestion de l’établissement que devant les fourneaux. Il est donc revenu dans son pays natal pour suivre une formation afin de devenir cuisinier.

Meilleurs plats vietnamiens de Séoul
 
Alaghi, la cuisine vietnamienne seduit en Republique de Coree hinh anh 3En République de Corée, les restaurants Alaghi font partie des ambassadeurs de la culture culinaire du Vietnam. Photo : TT/CVN

Quelques mois après l’ouverture de l’Alaghi à Dongdaemun, la clientèle a très rapidement été fidélisée. Certains des clients estiment qu’ils y trouvent les meilleurs plats vietnamiens de Séoul.

Suite à ce premier succès, Doàn Ngoc Quang a inauguré, le 11 juin 2019, son deuxième restaurant à Seodaemun. La carte toujours avec des plats vietnamiens, bien entendu. Principal atout du lieu : la fraîcheur des aliments et leurs bienfaits sur la santé.

Les spécialités de Doàn Ngoc Quang ont réussi à conquérir le palais des citoyens sud-coréens. "J’ai déjà mangé le pho dans de nombres restaurants vietnamiens à Séoul. Mais celui proposé par l’Alaghi est le meilleur. Le prix est abordable", confie Cho Jae-hyun, ancien enseignant de l’Université sud-coréenne de langues étrangères.

Pour Lee Rae-eun, une cliente, l’Alaghi constitue une "révélation". Elle est très satisfaite de la qualité des plats et "subjuguée" par la cuisine vietnamienne.

Quant aux clients qui ont déjà travaillé à Hanoï comme Min Won-kook, directeur de la Société de construction M & K, le restaurant, outre la nourriture, les séduit en raison de son espace très vietnamien. Ils y trouvent des traits typiques de la culture vietnamienne à travers des peintures sur les rues à Hanoï.

Parlant de sa stratégie pour l’avenir, Doàn Ngoc Quang ne cache pas son ambition de développer une chaîne de restaurants vietnamiens, capable de concurrencer celles gérées dans le même domaine par des Sud-Coréens.

Selon lui, la plupart des propriétaires vietnamiens à Séoul suivent le modèle des restaurants sud-coréens ou sous la forme de restaurant familial géré par des femmes vietnamiennes, qui ont épousé des hommes sud-coréens. Raison pour laquelle, ils ont du mal à conserver le goût original des délices culinaires vietnamiens. – CVN/VNA