Depuis 2010, les touristes déambulant dans le vieux quartier de Hôi An sont habitués à l’image d’un groupe d’une douzaine d’enfants apprenant chaque soir des chants traditionnels, au vu et au su de tous. Une nouveauté touristique originale de la vieille ville située dans la province de Quang Nam (Centre).

Hôi An est un haut lieu touristique. Les visiteurs sont attirés par le charme de son vieux quartier aux maisons séculaires préservées dans leur jus, ses spécialités culinaires, ses lanternes colorées qui semblent être là depuis des lustres et qui donnent, le soir, une atmosphère à la fois feutrée et spectrale. Autant d'images emblématiques de la vieille ville. À cela s’ajoutent depuis plus de deux ans les chants traditionnels interprétés en soirée par des enfants.

Il est 19h. La terrasse du Musée de la culture Sa Huynh, rue Trân Phú, retentit des airs des chants folkloriques interprétés par des voix enfantines. Les touristes, tant nationaux qu’étrangers, sont de plus en plus nombreux à s’arrêter devant cette scène de spectacle agréable à voir et à écouter. Une douzaine de petits de 11-12 ans, assis en tailleur, chantent au rythme des claquements des mains de Phùng Thi Ngoc Huê, une chanteuse de la province de Quang Nam. « Les enfants ne doivent payer aucun sou. L’initiative de ce cours revient au Centre de la culture et des sports de Hôi An. L'objectif est de les initier à certains arts traditionnels locaux », informe-t-elle. Les gamins ont bien répondu, notamment les collégiens qui apprennent en groupes à tour de rôle.

Les chants sont accompagnés à la guitare par Duong Tân Sanh, vice-président de la Maison de représentation des arts traditionnels de Hôi An. Il participe depuis le début à cette initiative lancée en 2010. « Nous enseignons tous les soirs, quel que soit le temps. S’il pleut à verse, nous nous déplaçons dans la salle d’exposition du musée. Seules les inondations nous empêchent de nous réunir », sourit-il.

Phùng Thi Ngoc Huê et Duong Tân Sanh ne sont que deux des six artistes chargés de ces cours. « Je suis très heureux d'instiller la passion des enfants pour les chants traditionnels. C’est une autre façon de manifester leur amour pour leur village natal », confie un troisième enseignant, Nguyên Duong Quý, chef adjoint de l’Équipe d’information itinérante du Centre de la culture et des sports de Hôi An.