Des condamnés lors du jugement en deuxième instance de l'affaire au sein de PetroVietnam et de PVC. Photo: VNA

Hanoï (VNA) - Le Tribunal populaire de haut niveau de Hanoï a commencé le 7 mai le procès en deuxième instance de l’affaire de "détournement de biens" et d'"actes volontaires contraires aux réglementations de l’Etat relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences", survenue au sein du groupe PetroVietnam et de PetroVietnam Construction Joint Stock Corporation (PVC).

La séance de jugement devrait durer de 6 à 8 jours.

Avant l’ouverture du procès en deuxième instance, Trinh Xuan Thanh, ancien président du Conseil d’administration de PVC, a annulé la demande d'appel du verdit prononcé lors du procès en première instance. Trinh Hung Cuong, un autre condamné de cette affaire a fait de même. Trinh Xuan Thanh a aussi demandé une absence en raison de problèmes de santé.

Pour rappel, le tribunal populaire de Hanoi avait ouvert le 8 janvier le jugement en première instance de Trinh Xuan Thanh et de ses complices,  poursuivis pour "actes volontaires contraires aux réglementations de l’Etat relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences" et "détournement de biens" au sein du PVC.

Il s’est vu infliger une peine de 14 ans de prison pour "actes volontaires contraires aux réglementations de l’Etat relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences", et une peine d’emprisonnement à vie pour "détournement de biens".  La peine résultant du cumul était la perpétuité. 

Le Tribunal populaire de Hanoi avait condamné l’ancien président du Conseil des membres du groupe PetroVietnam, Dinh La Thang, à 13 ans de prison pour "actes volontaires contraires aux réglementations de l’Etat relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences".

L’ancien directeur général de PetroVietnam, Phung Dinh Thuc, avait écopé de  neuf ans de prison pour "actes volontaires contraires aux réglementations de l’Etat relatives à la gestion économique, causant de graves conséquences".

Ouvert lors des premiers jours de 2018, le procès a attiré l'attention particulière de l’opinion publique du fait de la gravité des actes et du profil des accusés

A l’issue du jugement en première instance, 15 des 22 condamnés avaient interjeté appel du verdict prononcé lors du procès en première instance. -VNA