Hanoi (VNA) – Le centre Education for Nature-Vietnam (ENV) vient de lancer un campagne de lutte contre le braconnage, le trafic et la consommation de viande et d'écailles de pangolin, une espèce menacée de disparition.

 

Pangolin. Crédit photo: ENV

Selon Le Monde, le commerce du pangolin est interdit depuis 2000 par le droit international, mais la viande et les supposées vertus médicinales de cet insectivore, seul mammifère pourvu d'écailles, en font l'une des espèces les plus recherchées par les trafiquants en Asie. On lui attribue ainsi des pouvoirs pour guérir des maladies (comme l'asthme et certains cancers) ou pour augmenter la virilité masculine. L'animal est si recherché qu'un spécimen peut être vendu jusqu'à 1000 dollars au marché noir.

Résultat : deux des quatre espèces asiatiques sont "en danger" (le pangolin javanais et le pangolin de Chine), tandis que les deux autres sont "quasi menacées". Deux des quatre espèces africaines sont aussi "quasi menacées". A l'échelle mondiale, le nombre de spécimens vivants est inconnu.

Le pangolin de Chine (gauche) et le pangolin javanais. Crédit photo: ENV

Malgré de la protection des organisations internationales, le braconnage de cette espèce explose : ces dix dernières années, environ un million d’individus ont été abattus. La Chine et le Vietnam sont les deux plus grands marchés du monde en termes de trafic de pangolins. En octobre dernier, la douance de la province chinois du Guangdong avaient saisi 11,5 tonnes de viande de pangolin congelée. Pendant les cinq derniers mois de 2015, plus de sept tonnes d’écailles avaient aussi été découvertes ​dans quelques ports maritimes du Vietnam.

Un pangolin sauvé à Ninh Binh. Crédit photo: ENV

« Il est temps de prendre position » a dit Vu Thi Quyen, directrice de l’ENV. « En déclarant la guerre contre les crimes liés aux pangolins, nous nous engageons à un effort concerté, en collaboration avec les organes compétents et le public, pour protéger cette espèce. Nous éliminerons au plus tôt le préjudice sur  le rôle du Vietnam dans la consommation et le trafic de pangolins »

Logo de la campagne de l'ENV. Crédit photo: ENV

La campagne de l’ENV comporte quatre composants essentiels. Tout d’abord, l’ENV appelle les organes compétents à prendre des mesures énergiques contre les crimes liés au pangolin comme la publicité et le commerce de viande et d'écailles.

Deuxièmement, l’ENV va lancer une campagne de sensibilisation via ​les médias, les réseaux sociaux, et son réseau de bénévoles de protection de la faune nationale (WPNV) afin d’encourager le public à signaler les crimes.

En outre, l’ENV appelle les organes chargés de l'application de la loi, les procureurs et les tribunaux à mener des enquêtes et punir vigoureusement les personnes participant à des activités de braconnage et de trafic.

L’ENV demande aux organes compétents d’empêcher  et d'interdire la vente aux enchères de pangolins sous toute forme.

Les efforts de l’ENV contre les crimes liés au pangolin ont été lancé en 2005, avec tout d’abord la création d'une unité de lutte contre les crimes contre la faune. -VNA