Attention aux abus avec un smartphone ou une tablette !
 

Hanoi (VNA) - Avec le fort développement des technologies de plus en plus abordables, les appareils numériques comme les terminaux portables («smartphone»), les téléphones et autres tablettes, sont de plus en plus populaires au quotidien, que ce soit pour travailler, étudier ou se divertir...

Et, compte tenu de leur nature comme des comportements sociaux auxquels ils conduisent, certaines pathologies liées à leur utilisation sont non seulement apparues au Vietnam, mais sont en plein développement.

Selon une étude de GfK, le Vietnam était le 3e marché de la région de plus forte progression de smartphones au sein de la population lors du premier trimestre 2014 : 59 % des Vietnamiens possédaient alors un terminal.

Selon une autre de Nielsen, toujours en 2014, le Vietnam était aussi l’un des pays ou le nombre d’utilisateurs était le plus proche de celui des pays développés. De fait, les détenteurs d’un appareil mobile, comme la durée d’utilisation dans la journée, explose depuis quelques années déjà...

Ces données sont parfaitement connues du docteur Nguyên Duc Thanh, du département d’orthopédie de l’Hôpital de l’Université de médecine et de pharmacie, qui a constaté une montée des tendinites, et même d’arthrites en relation directe avec l’utilisation de ces appareils.

Ainsi, il a soigné récemment deux personnes, l’une, une employée de bureau de 27 ans, et l’autre, un homme d’affaires de 35 ans, qui présentaient des symptômes similaires : perte de souplesse fonctionnelle des doigts, douleurs dans les paumes, gonflement des mains, fatigue récurrente.

Les symptômes du patient masculin étaient particulièrement aigus puisqu’en raison de son métier, l’intensité d’utilisation de son téléphone était particulièrement élevée, notamment dans l’envoi de messages à la clientèle.

Le docteur Nguyên Duc Thanh n’est pas seul devant ce phénomène, plusieurs de ses confrères ayant constaté de tels cas cliniques, principalement chez les employés du tertiaire, mais aussi chez des passionnés d’Internet et d’équipements mobiles. Les patients ont aussi des douleurs de dos, notamment des cervicalgies et des lombalgies, ou encore dans les épaules, qui résultent directement de la position adoptée dans l’emploi d’un smartphone ou d’une tablette.

Quelques négligences à corriger seulement...

Perte de souplesse fonctionnelle des doigts, douleurs dans les paumes, gonflement des mains, fatigue récurrente..., des symptômes causés par l’utilisation des smartphones. Photo : Net/CVN

Autant dire que ces pathologies présentent de sérieux inconvénients à ceux qui en souffrent, voire, au pire, des séquelles, et que leur qualité de vie peut être fortement remise en cause. Mais il y a plus sérieux encore : les professionnels de la santé commencent à rencontrer des affections d’ordre neurologique.

La vigilance de tous doit donc être de mise, à peine de dépendance : pulsion de répondre à tous les appels, de recevoir et répondre à tous ses SMS, mais aussi troubles de la mémoire, incapacité à contrôler ses pulsions, irritabilité notamment, problèmes de concentration, et même certaines formes de dépression, sans compter un certain isolement social.

Le docteur Nguyên Duc Thanh insiste sur le fait que «si l’usager identifie un ou plusieurs de ces symptômes et cesse en conséquence ses mauvaises habitudes, ceux-ci disparaîtront progressivement. Il n’y a pas besoin, sauf exception, de thérapie, de médicamentation ou de chirurgie. Pour prévenir de tels inconforts, il suffit de réduire le temps quotidien d’utilisation de son terminal et/ou de sa tablette. Il faut aussi veiller à sa position et à pratiquer régulièrement un sport. Par ailleurs, les utilisateurs doivent éviter tous types de tensions de leurs mains afin de réduire les pressions sur les tendons ou les ligaments de la main. On peut aussi, dans les cas extrêmes, pratiquer des exercices spécifiques pour les mains sous la direction d’un médecin spécialisé, orthopédiste ou kinésithérapeute... Enfin, les parents doivent prendre des mesures pour éviter à leurs enfants de tels problèmes, en particulier chez les 16-24 ans qui au Vietnam représentent 58% des utilisateurs de smartphones». -CVN/VNA