Photo : Thanh Vien/vnexpress.net

 

Ho Chi Minh-Ville (VNA) - Vo Van Rang a consacré la presque totalité de sa vie à sa passion : la reliure. Riche d’un savoir-faire séculaire, il remet en état des manuscrits et livres anciens et leur redonne vie. Il est l’un des derniers relieurs de Ho Chi Minh-ville.

Tous les bibliophiles connaissent l’adresse de Vo Ran Rang et sa petite maison située dans la ruelle Ly Chinh Thang dans le 3ème arrondissement. Nguyen Manh Tuan, est l’un de ses passionnés de lecture :

« Je confie mes très anciens livres à Monsieur Rang pour qu’il les rénove. Son adresse est connue de tous les amateurs de livres. »

Le talent de monsieur Rang est reconnu de tous.  Le Anh Dung, un autre client, explique :

« Il est impossible de trouver dans le commerce certains de mes très anciens livres. Quand ils sont vraiment trop abîmés, je les confie à Monsieur Rang qui leur redonnera une belle apparence. Il est le dernier relieur de Ho Chi Minh  ville et son travail est toujours parfait. »

La poliomyélite dont il est atteint n’a jamais empêché Vo Van Rang d’exercer  ce métier auquel il se dévoue depuis 1978. Sa petite maison est remplie de vieux livres et il possède une vieille coupeuse de papier. Il explique :

« Il me faut d’abord vérifier que les livres ne sont pas vermoulus. Ensuite, je dois démonter page par page avant de les remettre en ordre,  les relier et  les coller. Restaurer un livre est un travail extrêmement minutieux. »

Un de ses clients anglais lui a un jour demandé de reconstituer un très vieux livre très épais. La couverture du livre était très abîmée et Vo Van Rang qui ne parlait pas anglais avait alors été obligé de reconstituer les mots manquants. C’était un travail très long et très compliqué. Ravi de la restauration effectuée, le client l’avait alors  surnommé “Docteur-Livre”.

« Ce métier me passionne depuis toujours. J’adore démonter et relier les vieux livres. Ce travail requiert à la fois des connaissances techniques et le sens de l’esthétique. Je choisis la reliure en fonction du livre, de son format, de la qualité du papier »  

Vo Van Rang prépare sa propre colle avec de la farine de manioc. La reliure d’un vieux livre peut parfois prendre jusqu’à une semaine. Il reçoit entre 20 et 50 mille dongs par livre.

Depuis 40 ans, Vo Van Rang, tel un orfèvre donne libre cours à son talent pour offrir une nouvelle vie aux manuscrits précieux. Les amoureux et les collectionneurs de vieux livres peuvent compter sur lui.-VOV/VNA