Hanoi, 23 mars (VNA) - La Réserve marine de Cù Lao Chàm doit sa renommée à son récif corallien. Zone protégée par l’UNESCO depuis 2009, elle est depuis sous la constante surveillance des gardes-pêche, dont Phuong Thao et Hông Thuy.

Sur un petit bateau, Phuong Thao et Nguyên Thi Hông Thuy s’apprêtent à plonger.

Il s’agit de deux jeunes ingénieures - Trân Thi Phuong Thao et Nguyên Thi Hông Thuy - qui, depuis cinq ans, assurent le poste de garde-pêche à Cù Lao Chàm, une belle île située aux larges de la ville de Hôi An, province de Quang Nam (Centre). Il y a dix ans, cette île d’une superficie de 15 km2 a été reconnue par l’UNESCO comme "Réserve de biosphère". Une réserve rare de par le monde dont la conservation a été confiée aux soins du Comité de gestion de la Réserve marine (CGRM) de Cù Lao Chàm.

Quand mission rime avec passion

 

Leur noble mission: protéger et multiplier l’ensemble des écosystèmes sous-marins du récif. Photo: TT/CVN

À Cù Lao Chàm, la fin de l’année est marquée par le froid hivernal. Dans la matinée, le temps est maussade et gris, et la mer, houleuse. Sur un petit bateau qui flotte à la dérive au milieu des eaux agitées, Phuong Thao et Hông Thuy, munies chacune d’une bouteille d’oxygène sur le dos, s’apprêtent à plonger. Leur travail consiste à "fureter" au fond de la mer, dans la limite de la réserve autour de l’île. C’est pour une noble mission: protéger et multiplier l’ensemble des écosystèmes sous-marins du récif.

Selon des scientifiques interna-tionaux, parmi les groupes d’îles situés le long de la côte du Vietnam, Cù Lao Chàm est celle qui a su le mieux préserver ses écosystèmes marins. En effet, il y a une quinzaine d’emplacements sous-marins sous surveillance, éparpillés dans les environs de Cù Lao Chàm et des sept îlots environnants.

"Vue du ciel, la mer est des plus belles avec ses eaux limpides et ses bancs de poissons … Mais c’est une toute autre chose quand on plonge. Il faut faire preuve d’un mental d’acier et d’une maîtrise absolue de la respiration. Il faut agir avec exactitude. Cela demande du courage et de l’expérience. Toute erreur peut coûter chère", confie Phuong Thao, 30 ans. Sa consœur Hông Thuy, 25 ans, avoue: "ce n’est pas facile du tout de travailler sous l’eau pendant plusieurs heures. De plus, notre équipement de plongée pèse plusieurs dizaines de kilogrammes... C’est vraiment un défi".

Leur travail quotidien consiste à observer et à noter les évolutions ou les changements des espèces animales et végétales marines vivants dans les récifs coralliens. Sans compter les heures de recherches ainsi que la culture et la transplantation de coraux dits "artificiels".

Un trésor national à conserver

Leur noble mission: protéger et multiplier l’ensemble des écosystèmes sous-marins du récif. Photo: TT/CVN

Phuong Thao, diplômée de l’École polytechnique de Dà Nang (Centre) et agrégée en écologie, a ensuite effectué des études postuniversitaires avant de se porter volontaire à Cù Lao Chàm. Amoureuse de la mer depuis l’enfance, elle se dit "heureuse" de pouvoir participer aux projets de restauration et de conservation des écosystèmes insulaires de la Réserve de biosphère.

L’ingénieure Hông Thuy, à l’instar de sa collègue, ne cache pas sa passion pour son métier de garde-pêche: "Notre groupe comprend sept plongeurs, dont deux femmes, et nous nous relayons périodiquement. Nous avons tous obtenu le certificat de plongée sous-marine du Centre d’entraînement de natation et de plongée de Nha Trang (province de Khanh Hoà)".

Hormis la surveillance de l’évolution des récifs coralliens, Phuong Thao et Hông Thuy s’adonnent également aux soins méticuleux des précieuses "pépinières" sous-marines afin que le CGRM puisse pratiquer la culture et la transplantation des coraux et rétablir l’écosystème naturel et la flore sous-marine. "D’ordinaire, une séance de travail au fond des eaux dure une à deux heures. Tout se déroule dans un silence parfait. C’est solitaire, c’est dur. Mais en contrepartie, c’est aussi ainsi qu’on peut vraiment contempler la beauté du monde aquatique. On est comme en symbiose avec la mer", confie Hông Thuy avec le sourire. 

Ces dernières années, Cù Lao Chàm est devenue une destination de prédilection pour les amoureux de la nature. En effet cette île a presque tout pour elle: paysages pittoresques presque intouchés, plages de sable blanc fin, climat maritime agréable et frais... À cela viennent s’ajouter toutes sortes d’activités aquatique et autres tours de plongée sous-marine uniques proposés par des voyagistes "verts". Munis chacun d’un tuba, les courageux peuvent ainsi s’aventurer dans les fonds marins, y découvrir la riche vie aquatique... L’affaire s’avère fructueuse. Chaque jour, Cù Lao Chàm accueille de 3.000 à 4.000 visiteurs. 


Des pépinières de coraux 

Pour la période 2015-2018, les ingénieurs et cadres du Comité de gestion de la Réserve marine (CGRM) de Cù Lao Chàm ont réussi à créer de nouveaux récifs coralliens sur une superficie totale de plus de 2.000 m². Les colonies coralliennes dites "artificielles" qu’ils ont transplantées se développent bien. À Cù Lao Chàm, existent à présent quatre "pépinières" de coraux totalisant plus de 3.600 bancs coralliens. "Le taux de survie y atteint plus de 95%", affirme un responsable du CGRM. - CVN/VNA