La délégation vietnamienne s'est réjouie des résultats de l'élection du Vietnam au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2020-2021, à New York, le 7 juin (Photo: VNA)

 

Hanoi (VNA) - Le 7 juin, à la 73ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, le Vietnam, seul pays représentant le groupe des pays de la région Asie-Pacifique, a été élu au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies avec 192 voix sur 193 membres de l’Assemblée générale de l’ONU.

C’est la deuxième fois que le Vietnam reçoit l’appui des pays et territoires de l’Assemblée générale des Nations Unies pour assumer cette responsabilité, ce aider le pays à valoriser ses succès lors de son dernier mandat, 2008- 2009, pour continuer à apporter des contributions positives, substantielles et responsables aux Nations Unies en général et au Conseil de sécurité en particulier dans la période 2020-2021.

À cette occasion, Hunter Marston, ancien haut assistant de recherche de l’Institut Brookings, aux États-Unis, a rendu ses évaluations.

Selon Hunter Marston, l'élection du Vietnam au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies pour le mandat 2020-2021 revêt une grande importance, car le Vietnam a montré son rôle croissant sur les fronts commercial et diplomatique international ainsi que dans sécurité régionale en Asie du Sud-Est. À ce titre, le Vietnam peut apporter une contribution remarquable dans des domaines tels que la santé publique, la lutte contre les maladies infectieuses, la promotion de la sécurité maritime, la lutte contre la piraterie, et la prévention de la pêche illégale et de la traite humaine. Le Vietnam joue également un rôle de premier plan dans la neutralisation des munitions non explosées laissées par la guerre et pourrait être un pays modèle pour d’autres pays qui souhaitent développer des sources d’énergie renouvelables.

Selon lui, le Vietnam a prouvé que ce pays de l'Asie du Sud-Est pouvait promouvoir la diplomatie régionale aux plus hauts niveaux, ce qui se reflète dans le rôle intermédiaire joué par le Vietnam lors de l'organisation du sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en février dernier à Hanoi. Devenir membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies est une bonne occasion pour le Vietnam d'exprimer ses préoccupations concernant les questions liées aux différends en mer Orientale et au droit maritime international. C'est également une opportunité pour le Vietnam de montrer sa capacité et sa contribution à la sécurité maritime et à la stabilité dans la région. L'année prochaine, le Vietnam assumera également le rôle de président de l'ASEAN en 2020, occupant ainsi ces postes importants en même temps. Cela offrira de grandes opportunités pour le Vietnam de montrer son rôle et sa contribution aux questions internationales et promouvoir son image dans le monde.

En plus des opportunités offertes, selon lui, le Vietnam fera également face à des défis non petits dans le contexte où les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont des points de vue différents sur de nombreuses questions internationales. Le Vietnam peut également être confronté à des points de vue divergents sur la mer Orientale ou aux pressions d'autres pays sur des questions de droits de l'homme.

Cependant, M. Hunter a également exprimé son optimisme sur le fait que le Vietnam puisse bien assumer ce rôle et montrer son influence de plus en plus importante dans la région, ainsi que d'importantes contributions à des problèmes tels que le droit international, la sécurité maritime, le commerce mondial, la protection de l'environnement et d'autres défis communs dans la région. Le Vietnam peut partager ses expériences dans de nombreux domaines et exprimer ses points de vue avec les cinq membres permanents de l'ONU : les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni, la France et la Russie. -VNA