Les trains 5 étoiles sont un produit intégré des secteurs mécanique, ferroviaire, de l'aviation, de la construction navale et de l'automobile. Photo: Vietnam+

L’industrie ferroviaire nationale pourra augmenter le taux de locomotives et de matériel fabriqués à l’intérieur du pays si les défaillances des mécanismes et des politiques liés aux financements sont éliminés.

La Compagnie générale des chemins de fer du Vietnam (VNR) a récemment élaboré une stratégie de développement de l’industrie ferroviaire à l’horizon 2030 et vision pour 2045, laquelle se focalise sur de nouveaux produits industriels; l’augmentation du taux des produits fabriqués à l’intérieur du pays; et la construction d'installations ferroviaires modernes.

Élever le taux de locomotives et de wagons « Made in Vietnam »

VNR rénovera et construira des installations de fabrication, d'assemblage de locomotives et de matériels roulants, et de production de pièces de rechange avec un taux de fabrication domestique élevé ; rénovera les technologies et étendra l’envergure de production pour répondre aux besoins élémentaires de maintenance, de réparation et de modernisation des réseaux ferroviaires existants et exporter progressivement des locomotives et des matériels roulants.

Elle étudiera le développement de modèles de matériel au service du transport ferroviaire urbain et du réseau national des chemins de fer avec des trains circulant à une vitesse de plus de 100 km/heure (actuellement à 80 km/heure au maximum), avec un taux de fabrication domestique de 40-60%; continuera de mettre au point les technologies d'assemblage des locomotives avec un taux de fabrication domestique de 25-30% et s’efforcera d’être progressivement autonome dans la fabrication de locomotives.

VNR encouragera également la production intérieure de pièces de rechange et de matériels ferroviaires (rails, traverses, accessoires, systèmes d'alimentation en électricité, d’information et de signalisation, etc.) pour répondre aux besoins de maintenance des lignes existantes, puis en exportera dans l’avenir.

Le secteur ferroviaire concentrera également ses investissements dans les établissements industriels spécialisés dans de grandes réparations, l’assemblage et la fabrication de matériels roulants, et la production de pièces de rechange... VNR investira dans les technologies en faveur de ses compagnies par actions des chemins de fer Gia Lam et Di An pour en faire deux centres de mécanique modernes capables de fabriquer et d'assembler des wagons, de produire des pièces de rechange avec des taux de fabrication domestique élevés.

Aux termes de sa vision pour 2045, VNR est déterminée à investir et à rénover les technologies pour pouvoir produire des produits industriels au service de l'électrification des chemins de fer et des lignes ferroviaires à grande vitesse, ainsi qu’à faire des efforts pour faire de l'industrie ferroviaire un secteur de haute technologie doté de machines et d'équipements modernes et attirer des ressources humaines qualifiées.

Lever les obstacles en termes de fonds et politiques

Pour y parvenir, VNR a proposé aux organes de gestion étatique de continuer de décaisser des fonds du Programme de mécanique de pointe pour le développement de la mécanique ferroviaire (conformément à la décision N°10/2009/QD-TTg du 16 janvier 2009 du gouvernement, qui a expiré fin 2015).

Plus précisément, le gouvernement a publié un mécanisme d’appui au développement de la fabrication des produits mécaniques de pointe dont les matériels roulants, lequel bénéficie de crédits préférentiels de la Banque de développement du Vietnam. Les projets de construction de nouvelles locomotives, d’achat et d’assemblage de locomotives diesel de grande puissance ont tous bénéficié des priorités pour le développement de la mécanique de pointe, dont une réduction du taux d’intérêt des emprunts.

Cependant, selon les dirigeants de VNR, la recherche de crédits chez la Banque de développement du Vietnam dans le cadre de ce programme se heurte encore à nombre d’entraves, telles que des procédures compliquées,  lenteurs dans l’octroi des crédits, réglementation sur le taux de fabrication domestique trop élevé dépassant l’actuelle capacité de l'industrie ferroviaire nationale, parité entre taux d’intérêt des crédits de la Banque de développement du Vietnam et des banques commerciales par actions.

Par ailleurs, il y a également nombre d’entraves juridiques et réglementaires dans l’élaboration, la mise en œuvre de projets d'investissement et d'achat de produits ferroviaires, et dans la sélection des adjudicateurs.

A ce jour, le Vietnam compte seulement deux filiales de VNR spécialisées dans la fabrication et l'assemblage de locomotives. Donc, la sélection des partenaires sous forme d’adjudication publique n'est pas nécessaire, a fait remarquer VNR.

Selon les dirigeants de VNR, le transport ferroviaire nécessite des investissements à long terme. De plus, le taux de participation de l’Etat dans les établissements de production industrielle est obligatoirement élevé, ce qui rend difficile l’attrait des investissements extérieurs.

"Par ailleurs, le mécanisme d’encouragement à la participation de divers secteurs économiques n'est pas encore clair, ce qui donne plus de difficultés dans l’attraction d'investissements dans l’industrie ferroviaire", ont-ils souligné./.

Viet Hung (Vietnam+)