Hanoi (VNA) - Le Vietnam compte 22 sites naturels, traditions culturelles et patrimoines documentaires qui ont été inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le gouvernement et les collectivités locales ont beaucoup fait pour les préserver et les valoriser.

Démonstration de l'art du bài choi à Hôi An. Photo: NDEL

À l’occasion de la Journée des patrimoines vietnamiens, le 23 novembre, le Centre de préservation du patrimoine de l’ancienne cité royale de Thang Long-Hanoi et les écoles implantées dans la capitale ont signé une convention de coopération en vertu de laquelle ces dernières enverront leurs élèves visiter ladite cité. L’objectif est de sensibiliser les plus jeunes aux valeurs exceptionnelles de ce site.

Dans la province centrale de Quang Nam, le bài choi, qui est un art traditionnel alliant musique, théâtre, littérature et poésie, fait l’objet d’une grande attention des autorités locales, assure Lê Van Thanh, vice-président du comité populaire provincial.

«Nous encourageons les habitants à apprendre le bài choi et les artistes à le transmettre. Les spectacles de bài choi font d’ailleurs partie des circuits touristiques qui ont le plus de succès auprès des touristes, vietnamiens comme étrangers», indique-t-il.

Certains scientifiques ont proposé d’impliquer davantage la population et le secteur privé dans la conservation et la remise en état des sites patrimoniaux.

«Si l’administration publique joue un rôle essentiel dans la préservation et la valorisation des patrimoines culturels, c’est grâce à la participation de la population que ces patrimoines pourront exister durablement», estime Trân Duc Cuong, le président de l’Association des historiens vietnamiens.

Pour le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc, il est hors de question de détruire, d’endommager ou de sacrifier un patrimoine culturel au seul motif de servir le développement.

«Il faut d’une part sensibiliser la population aux valeurs de ces patrimoines pour éveiller sa fierté nationale et d’autre part, compléter le dispositif légal, décentraliser la gestion, former des cadres et faire appel à des experts pour valoriser ces patrimoines. Ceux-ci représentent en fait une valeur ajoutée du tourisme national qui doit contribuer à réduire la pauvreté. Il serait nécessaire qu’une partie de la population s’enrichisse grâce aux patrimoines culturels, lesquels participeront ainsi au développement durable», a-t-il déclaré lors de la conférence sur la préservation des patrimoines culturels organisée par le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme en juillet dernier.

La préservation et la valorisation des patrimoines au Vietnam relèvent non  seulement de la responsabilité de l’État mais aussi de celle de toute la population et des différentes communautés. – VOV/VNA