Hanoï, 5 août (VNA) - Le Vietnam et l'Iran ont beaucoup de potentiel pour promouvoir la coopération dans divers secteurs à l'avenir, a déclaré le Dr Abed Akbari, directeur de l'Institut international d'études et de recherche de Téhéran aux correspondants de l'Agence vietnamienne d’Information au Moyen-Orient. à l'occasion du 50e anniversaire des relations diplomatiques Vietnam-Iran (4 août 1973-2023).

Une large potentialite reste pour la cooperation Vietnam-Iran hinh anh 1La noix de cajou est l'un des produits agricoles que le Vietnam exporte vers le marché iranien.  Photo:VNA

Selon lui, l'Iran et le Vietnam ont tous deux une brillante histoire culturelle et une indépendance. Leur relation s'est développée au cours des 50 dernières années sur la base du respect, du développement des relations bilatérales dans les domaines de la politique, de l'économie et de la culture et une coopération constructive au sein des organisations multilatérales.

Le Dr Abed Akbari a affirmé que l'Iran attache une grande importance et est prêt à renforcer ses relations avec le Vietnam dans tous les domaines.

Pendant la période difficile due à la pandémie de COVID-19, les deux pays ont eu une liaison et une concertation étroites à différents niveaux. Au cours des deux dernières années, malgré des conditions défavorables et des développements compliqués de la situation mondiale, le Vietnam et l'Iran ont encore échangé de nombreuses délégations à tous les niveaux. La coopération dans les forums internationaux contribue à renforcer l'amitié entre les deux pays sur la base d'une coopération constructive et d'une assistance mutuelle, a-t-il déclaré.

L'Iran a soutenu les candidatures du Vietnam pour devenir membre du Conseil de sécurité des Nations Unies, du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies et du Conseil d'administration de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) pour la période 2021-2025. En outre, les deux pays attendent avec impatience de poursuivre une coopération constructive au sein des organisations multilatérales, a-t-il poursuivi, ajoutant qu'avec les capacités et le potentiel disponibles, les deux pays ont beaucoup de marge pour développer davantage leurs relations traditionnelles.

Les liens économiques et commerciaux entre l'Iran et le Vietnam connaissent actuellement une bonne croissance par rapport à il y a des décennies, mais leurs échanges bilatéraux n'atteignent en moyenne que 100 millions de dollars par an, ce qui n'est pas à la mesure de leur potentiel. Les expéditions du Vietnam vers l'Iran sont principalement des noix de cajou, du café, du poivre et du thé, tout en important des produits plastiques et pétroliers, des métaux et des produits pharmaceutiques du pays du Moyen-Orient.

Le plus grand obstacle aux relations commerciales entre le Vietnam et l'Iran sont les sanctions sévères contre Téhéran, a noté le Dr Abed Akbari. Depuis 2018, les activités de commerce et d'investissement entre les deux pays ont rencontré de nombreuses difficultés, notamment dans le paiement par virement bancaire. Le manque de vols directs entre les deux pays et les systèmes de transport inappropriés sont également des problèmes qui entravent les relations commerciales bilatérales, a-t-il déclaré.

Pour améliorer les relations commerciales bilatérales, l'expert iranien a déclaré qu'en plus des produits traditionnels, il est essentiel que le Vietnam se concentre sur l'exportation d'autres articles tels que les ordinateurs, l'électronique, les vêtements et les chaussures, ainsi que sur la promotion de l'exportation de fruits tropicaux tels que la noix de coco, l'ananas et la mangue qui sont très appréciés sur le marché iranien. L'Iran doit également mettre en place des mesures telles que le soutien aux entreprises d'exportation, l'augmentation de la présence des entreprises iraniennes aux expositions au Vietnam ainsi que la recherche de solutions aux problèmes de transport et de méthodes financières alternatives.

Il a suggéré que les deux pays fassent pression pour des négociations précoces et la signature d'un accord commercial préférentiel et d'un protocole d'accord (MoU) sur la quarantaine et les conditions phytosanitaires.

Selon le Dr Abed Akbari, le Vietnam est un pays avec une culture et une histoire traditionnelles. Ce facteur peut promouvoir la coopération entre les deux pays dans le domaine des échanges culturels et interpersonnels, a-t-il dit, ajoutant que la meilleure façon pour les deux pays de renforcer la compréhension mutuelle est d'élargir la coopération touristique.- VNA