Le colloque «Les perturbateurs endocriniens : des tragédies d'hier à celles de demain» à Montpellier. Photo: VNA

Paris, 27 mai (VNA) – Les experts français et vietnamiens se sont penchés sur «les perturbateurs endocriniens : des tragédies d'hier à celles de demain», lors d’un colloque tenu les 24 et 25 mai à Montpellier, en France.

Cet évènement a été organisé par l’Association française pour l'expertise de l'agent orange et des perturbateurs endocriniens (AFAPE) avec le soutien d’AD@lY, de la MSH Sud, de la Faculté de médecine de Montpellier-Nîmes (Université de Montpellier) et de L'Association des victimes de l'agent orange/dioxine du Vietnam (VAVA).

Il y a deux ans, une réunion organisée à Montpellier par le Dr. Anna Owhadi-Richardson revenait sur les conséquences de l’agent orange sur la santé des enfants vietnamiens, 50 ans après les épandages massifs des pesticides à usage militaire sur le Vietnam..

Le succès suscité par cette réunion qui associait des historiens, des politiques, des médecins experts en santé environnementale à des responsables de la société civile, a représenté un formidable encouragement pour la création de l’AFAPE, préfiguration d’une fondation pour l’expertise de l’agent orange et des perturbateurs endocriniens.

Ce colloque unique dans sa conception, original dans sa pluridisciplinarité, a contribué, sans conteste, à apporter une pierre de qualité à la réflexion nationale et internationale sur le scandale sanitaire de l’agent orange et sur celui des perturbateurs endocriniens qui menacent l’avenir de l’Homme.

La Prof-Docteure Nguyen Thi Ngoc Phuong, vice présidente de la VAVA, a présenté le problème génétique de malformations congénitales causées par l'agent orange.

Actuellement, le ministère vietnamien de la Santé a publié 17 maladies apparentées. Via ce colloque, la VAVA souhaite consulter des scientifiques français avant de demander au gouvernement vietnamien de reconnaître les critères d'identification des victimes de l'agent orange.

Selon la VAVA, de 1961 à 1971, l’armée américaine a déversé environ 80 millions de litres de défoliants au Vietnam, lesquels contenaient près de 400 kg de dioxine, un produit toxique puissant qui perturbe les fonctions hormonales, immunitaires et reproductives de l'organisme. Plus de 4,8 millions de Vietnamiens ont été exposés à la dioxine, dont 3 millions en subissent encore les séquelles. – VNA