Le secteur judiciaire populaire doit faire preuve de responsabilité et de dynamisme dans le perfectionnement de son appareil et de ses activités, afin de mieux mener la réforme judiciaire comme prévue dans la Résolution 49 du BP du Parti communiste du Vietnam.

C'est ce qu'a déclaré le président vietnamien, Truong Tan Sang, lors d'une séance de travail mercredi à Hanoi avec le Parquet populaire suprême, en tant que président du Comité national de pilotage de la réforme judiciaire, consacrée à l'évaluation des résultats de la mise en oeuvre de la Résolution 49 du Bureau politique.

Lors de cette rencontre, le procureur du Parquet populaire suprême, Nguyen Hoa Binh, et les autorités de ce secteur, ont informé le président vietnamien des résultats et défis lors du déploiement de la Résolution 49. Le Parquet populaire suprême a ordonné aux parquets de divers échelons d'exécuter la fonction de partie civile et d'améliorer la qualité des débats en audience ainsi que d'accélérer le rythme des procès.

Lors de cette séance de travail, Truong Tan Sang a salué les efforts du personnel du Parquet populaire suprême afin de créer une branche de contrôle judiciaire transparente, puissante, capable de répondre graduellement à la demande de réforme judiciaire et d'intégration internationale.

Les Parquets de tous échelons ont contribué à l'amélioration des activités judiciaires, à défendre les intérêts de l'Etat et les droits et intérêts légitimes des organes, organisations et citoyens, a estimé Truong Tan Sang.

Plusieurs projets d'élaboration des lois, dirigés par les organes judiciaires, servent de bases importantes, permettant au Bureau politique du CC du Parti communiste du Vietnam et au Comité national de pilotage de la réforme judiciaire d'élaborer des conclusions et documents importants en terme de gestion publique, a-t-il ajouté.

Le président Truong Tan Sang et les autorités des organes judiciaires ont discuté des propositions concernant les attributions du Parquet populaire suprême auprès de l'Etat et de la modification de la Constitution de 1992. -AVI