Thanh Hoa (VNA) - Six ans après son lancement dans la province centrale de Thanh Hoa, le projet VAAC-US.CDC a permis de renforcer les capacités de prévention et de lutte contre le VIH/Sida en accordant plus de 71,06 milliards de dôngs (environ 3,1 millions de dollars) à plusieurs programmes locaux.

Lors d'une réunion-bilan du projet en question, le 4 décembre à Thanh Hoa, Paula Morgan, directrice adjointe des Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis (US.CDC) au Vietnam, a tenu en haute estime les efforts de Thanh Hoa dans ce secteur. Elle a annoncé que cette localité vietnamienne recevrait l’année prochaine 4,04 milliards de dôngs afin de maintenir et poursuivre les activités contre le VIH/SIDA dans le cadre du projet VAAC-US.CDC.

Ce projet a été réalisé depuis août 2013 à 2018 à Thanh Hoa par l'Administration de contrôle du VIH/SIDA du Vietnam (VAAC) et les CDC des États-Unis. Il était axé sur les consultations et les tests volontaires, les soins de santé destinés aux adultes et enfants, la réduction de la transmission du virus de la mère à l’enfant, l’amélioration de la capacité professionnelle des médecins, ainsi que l’approvisionnement en médicaments et en équipements, etc.

Entre 2013 et 2018, le projet a soutenu le test de dépistage du VIH en faveur de plus de 63.500 personnes et a détecté près de 2.000 cas. Parallèlement, des centres médicaux de la ville de Thanh Hoa et des districts de Dong Son, Hau Loc, Tho Xuan et Tinh Gia ont bénéficié d’assistances en matière matérielle et de formation professionnelle.

En 2016, Thanh Hoa était l’une des cinq premières provinces vietnamiennes à bénéficier d’aides du projet VAAC-US.CDC pour réaliser les objectifs 90-90-90. A ce jour, la province a atteint les objectifs selon lesquels 90% des dépistés reçoivent un traitement antirétroviral (ARV) durable, et 90% des personnes recevant un traitement ont une charge virale durablement supprimée. Elle est tout près de l’objectif selon lequel 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique.

Les activités réalisées dans le cadre du projet ont contribué à maîtriser le taux d’infection par le VIH/Sida au sein de la communauté à moins de 0,12%, un niveau largement inférieur par rapport à des provinces montagneuses et à la moyenne nationale. -VNA