Hanoi (VNA) – Tout au long de l’année, le Vietnam compte de nombreuses célébrations de Têts comme le Têt Nguyên Dan, Têt Khai Ha, Têt Thanh Minh et le Têt Trung Thu. L’un d’entre eux est tout particulièrement spécial, il s’agit du Têt Doan Ngo qui est une journée dite de purge. Pour la plupart des Vietnamiens, cette fête culinaire est l’occasion pour rendre hommage aux ancêtres.

Les habitants choisissent des fruits pour le culte du Têt Doan Ngo (5e jour du 5emois lunaire). Photo: VNA

 
Le Têt Doan Ngo est une fête traditionnelle de certains pays de l’Asie et l’une des plus importantes fêtes du Vietnam. Survenant le 5e jour du 5e mois lunaire (le 18 juin pour cette année), il s’agit d’une fête pour améliorer la prévention des maux et des maladies. Comme les autres Têts du Vietnam, on fête le Têt Doan Ngo pour honorer la mémoire des ancêtres. Cette année, il tombe au 18 juin.

Dans la tradition des pays, ce Têt existe depuis très longtemps. Au Vietnam, il est également connu sous le nom "chasser la vermine".

Personne ne sait exactement de quand date cette célébration. Si on en croit le folklore, autrefois, les paysans avaient pour coutume de célébrer les bonnes récoltes. Mais dans la chaleur de l’été, les vers et autres insectes font des ravages et détruisent les récoltes. C’est la raison pour laquelle les paysans préparent des offrandes de culte pour ainsi chasser la vermine et prier pour une bonne saison de récoltes. Désormais, le Têt Doan Ngo reste profondément ancré dans la culture vietnamienne et ses us et coutumes.

Des litchis sont une catégorie de fruit indispensable lors du Têt Doan Ngo. Photo: VNA

Autrefois, cette fête de la mi-année comprenait de nombreux rites différents à savoir chasser les insectes compromettant les récoltes, se baigner dans de l’eau parfumée à la coriandre et porter des herbes médicinales pour prévenir des maux, notamment…

À noter que chasser les vers constitue le rite principal de cette fête. Mais à l’heure de la vie moderne, les rites sont simplifiés. Dorénavant seul le culte aux ancêtres est préservé, ainsi que la dégustation de fruits estivaux et plats typiques pour l’occasion tels que le ruou nêp.
 
Selon la légende, si l’on prend du ruou nêp (riz gluant cuit et fermenté pendant quelques jours) dès le matin, toutes les impuretés du corps seraient purgées. 

Ainsi, le ruou nêp, les fruits de saison comme le litchi, la prune, la bananas, la pêche ainsi que le banh tro (gâteau fait à base de riz gluant, avec de l'eau de cendres d’herbes et de plantes) sont des incontournables à poser sur l’autel des ancêtres pour leur rendre le culte.

Les plats que l'on mange à l'occasion du Têt Doan Ngo. Photo: CTV/CVN

Comme de nombreuses autres familles vietnamiennes à l’occasion du Têt Doan Ngo, la famille de Mme Huong (résidant dans la cité urbaine de Times City, arrondissement Hai Bà Trung, Hanoï) prépare soigneusement ces plats pour le culte depuis le petit matin.

"Comme d’habitude, chaque année je prépare un plateau qui comprend le ruou nêp, des litchis, des prunes, une dizaine de banh tro ainsi que du che dâu den (compote de dolique noir à la vietnamienne) pour le culte. Pour moi, le Têt Doan Ngo est non seulement une fête nationale, mais il représente aussi l’occasion pour commémorer nos morts. Ainsi, lors du Têt Doan Ngo, je me réveille très tôt pour acheter les produits les plus frais et délicieux pour les poser sur l’autel. Plats que toute la famille déguste ensemble après le déjeuner ou le dîner", partage Mme Huong.

Malgré les vicissitudes du temps, les valeurs culturelles de Têt Doan Ngo ont été soigneusement préservées jusqu’à ce jour. Cette fête constitue une belle tradition et joue un rôle important dans la vie spirituelle des Vietnamiens. – CVN/VNA