Hanoi, 23 mars (VNA) - L'Organisation internationale pour la conservation de la nature (UICN) en collaboration avec l'Université des sciences naturelles de l’Université nationale de Hanoi et le Centre de développement vert (GreenHub) a effectué le 23 mars des enquêtes sur l’élaboration de méthodes de surveillance des déchets marins et de la pollution par les plastiques dans les zones côtières de Do Son, ville d’Hai Phong.

Déchets plastiques à Soc Son (Hanoi). Photo : VNA

 

Mme Bui Thi Thu Hien, coordinatrice des programmes côtiers et marins de l'UICN, a déclaré que les déchets plastiques en mer constituaient l'un des problèmes environnementaux les plus graves et les plus pressants à l'échelle mondiale.

Parmi les 20 pays étudiés, le volume de déchets plastiques du Vietnam à la mer variait de 0,28 à 0,73 million de tonnes / an, soit 6% de la quantité totale de déchets plastiques rejetés à la mer, occupant le 4e rang parmi plus de 20 pays qui possèdent la plus grande quantité de déchets plastiques au monde.

Dans le but de mettre au point une méthode commune pouvant être appliquée à tous les sites des zones côtières du Vietnam, l’UICN du Vietnam, en collaboration avec GreenHub, élabore un document "Méthodes de surveillance de la pollution par les déchets marins et le plastique dans les zones côtières", basé sur les recommandations de l'Administration américaine des océans et du Programme des Nations Unies pour l'environnement, et révisé pour répondre aux conditions du Vietnam.

Selon le professeur associé Nguyen Chu Hoi, de l’Université nationale de Hanoi, l'État doit élaborer une politique juridique prévoyant des interventions efficaces et appropriées pour assurer la durabilité.

Dans l'immédiat, il faut que tous les citoyens et toutes les autorités locales participent activement à la mise en œuvre de campagnes de collecte et de traitement des déchets marins, y compris des déchets plastiques, afin de minimiser les effets de ceux-ci sur  l’environnement, a-t-il souligné. - VNA