Le coût de main-d'oeuvre au Vietnam est compétitif. Photo : VNA

 

Kuala Lumpur (VNA) – Les entreprises malaisiennes seront très désavantagées et perdront les flux d’investissements commerciaux vietnamiens si la Malaisie choisit de ne pas participer à l’Accord global et progressif pour le Partenariat transpacifique (CPTPP), selon la directrice exécutive de l’Asian Trade Center (ATC), Deborah Elms.

Lors d’une table ronde consacrée à l’économie numérique de l’ASEAN (Association des Nations de l’Asie du Sud-Est), organisée le 12 juillet à Kuala Lumpur, Deborah Elms a indiqué que le CPTPP était particulièrement bénéfique aux PME car il permettait un flux continu de biens, services et investissements entre les pays membres, de même que la protection de la propriété intellectuelle.

Deborah Elms a indiqué que le Vietnam avait une main-d’œuvre moins chère et des avantages compétitifs dans divers secteurs. Cependant, la Malaisie compte une population mieux formée. Par ailleurs, ses infrastructures et son système portuaire sont meilleurs que ceux du Vietnam.

Le 11 juillet, le ministre malaisien du Commerce international et de l’Industrie, Darell Leiking, a déclaré que le gouvernement prendrait rapidement une décision sur le CPTPP. Selon lui, le nouveau gouvernement malaisien a besoin de temps pour appréhender l’accord et être certain de ses avantages pour le pays.

Le 11 juillet, le chef de la diplomatie japonaise Taro Kono a rencontré son homologue malaisien Saifuddin Abdullah. Taro Kono a annoncé que le chef de la délégation japonaise aux négociations du CPTPP arriverait en Malaisie pour donner au gouvernement malaisien des explications sur les détails de cet accord. -VNA