Hanoi (VNA) - Les amateurs de musique traditionnelle du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre) sont ravis. Un album audio haut de gamme consacré entièrement à ce genre de musique vient en effet de sortir dans les bacs.

La couverture de l’opus Gio bay vê ngàn (Le vent soufflant vers la forêt). Photo : CVN
La musique traditionnelle du Tây Nguyên, marquée par les sons des gongs, et l’homme de cette terre réputé pour son enthousiasme et sa sincérité, constituent depuis longtemps une source d’inspiration inépuisable pour les compositeurs vietnamiens.

Nguyên Cuong, très célèbre pour ses chansons sur le Tây Nguyên, et la jeune compositrice Giang Son, viennent de sortir ensemble l’album Gio bay vê ngàn (Le vent soufflant vers la forêt) consacré entièrement au Tây Nguyên. Il s’agit d’une production haut de gamme réalisée par l’équipe du producteur-guitariste Thanh Phuong.

La nature et l’amour : deux thèmes majeurs

L’opus Gio bay vê ngàn se compose de 12 chansons vantant la beauté de la nature, la riche vie spirituelle des habitants locaux ou l’amour conjugal. On peut citer Dôi chân trân (Les pieds nus), Di tim loi ru nu thân mat troi (À la recherche des chants de la reine du soleil), Voi không duôi (Des éléphants sans queue), Mùa nho (La saison de la nostalgie), Giâc mo Chapi (Le rêve de Chapi) ou encore Mua Cao Nguyên (Pluie sur les hauts plateaux), etc.

Chaque chanson apporte une couleur  musicale différente qui crée une riche palette qu’apprécieront  tous les amoureux de cette haute terre. Les œuvres sont interprétées par cinq chanteurs, Siu Black, Y Zac, Y Garia, Mai Trang et Tùng Duong, les trois premiers originaires de cette région.

La chanteuse Siu Black lors d’une séance d’enregistrement. Photo : CVN
Durant 20 ans, le compositeur Nguyên Cuong, un Hanoïen du Vieux quartier, a traîné ses guêtres dans les hauts plateaux du Centre. Il a composé des chansons inspirées du souffle des jungles immenses. Il a su explorer la musique traditionnelle locale, en particulier les chants de l’éthnie Ê dê.  Avec ses compositions, Nguyên Cuong nous offre un festin musical sauvage, celui de la forêt, des torrents, de l’alcool de riz bu en groupe avec des tiges de bambou en guise de paille, de la chasse et de la cueillette.

Les chanteurs et l’équipe de production ont réalisé l’enregistrement en deux semaines. Photo : CVN
L’album a été réalisé avec le financement de l’opérateur de téléphonie mobile MobiFone, qui a offert les premiers exemplaires au Service de la culture, des sports et du tourisme de la province de Dak Lak. -CVN/VNA