Montant record de la réserve nationale de devises. Photo: LienVietPostBank

 

En 2018, le secteur bancaire a enregistré de nombreuses performances dont un montant record de la réserve de devises et des envois de fonds des Vietnamiens d’outre-mer, la forte hausse des bénéfices et une croissance de crédit bien contrôlée. Cependant, il demeure certains défis à relever, tels que la hausse des taux d’intérêt des dépôts et et la pénurie de financements à moyen et à long terme.

 

En juin 2018, lors de la réunion en ligne entre le gouvernement et les autorités locales, le gouverneur de la Banque d'État du Vietnam (BEV), Le Minh Hung, a annoncé que la réserve nationale de devises s’était élevée à 63,5 milliards de dollars, un record historique. Cependant, depuis juin, la BEV n’a plus publié de données actualisées.

Au cours des premiers mois de 2018, la BEV a intensifié les achats de devises, grâce à des conditions favorables du marché de change. En particulier, à partir du 7 février 2018, elle a commencé à afficher les taux de change pour ses achats à terme de 3 mois.

Depuis le mois de juin, le marché de change était sous pression des évolutions négatives sur le marché mondial et des sentiments négatifs des investisseurs nationaux.

Hausse de 400 dongs du taux central de change

Dans la matinée du 28 décembre, le dernier jour ouvrable de 2018, la BEV a continué d’augmenter le taux central de change de 20 dongs à 22.825 dongs le dollar américain, taux le plus élevé de l’année 2018.

Donc, depuis le début de l’année, le taux central de change VND/USD a augmenté de 400 dongs, soit 1,78%, accomplissant ainsi l’objectif fixé par la BEV de contenir la hausse de ce taux à moins de 2%. Cela a marqué une année réussie sur le plan de gestion du marché de change, malgré nombre de pressions et de doutes.

La hausse de 1,78% en 2018, bien qu’elle soit supérieure à celle de 1,2% au cours de 2016 et de 2017, est nécessaire dans le contexte d’une dévaluation généralisée d’autres monnaies.

15,9 milliards de dollars d’envois de fonds des expatriés

Selon le Comité d'Etat chargé des Vietnamiens d'outre-mer, en 2018, le montant des envois de fonds au pays est estimé à 15,9 milliards de dollars, soit 6,6% du PIB national. Il est à remarquer qu’au cours de ces 12 dernières années, ce montant avait connu une augmentation de l’ordre de 10-15% par an.

Contrôle réussi de la croissance de crédit. Photo: VNA

 

La diaspora vietnamienne compte actuellement environ 4,5 millions de personnes établies dans 110 pays et territoires, dont 80% dans les pays développés. A ce jour, les Vietnamiens d’outre-mer opèrent et investissent environ 4 milliards de dollars dans quelque 3.000 entreprises au Vietnam. Selon la Banque mondiale, le Vietnam a continué de figurer parmi les principales destinations d'envois de fonds au monde en 2018.

La croissance du crédit la plus faible en quatre ans

Selon le Comité national de contrôle des finances, la croissance du crédit serait de 14-15% en 2018, rythme le plus faible depuis quatre ans. De l’avis de nombre d’experts, ce rythme est raisonnable au moment où le ratio crédit/PIB s’élève actuellement à 135%.

De plus, malgré une faible croissance du crédit, l'économie nationale a progressé de 7,08% en 2018, rythme le plus élevé depuis une décennie.

Publication de l’Arrêté 116 sur les politiques de crédit rural

Le 7 septembre 2018, le gouvernement a publié l’Arrêté No 116/2018/ND-CP modifiant et complétant certains articles de l’Arrêté No 55/2015/ND-CP sur les politiques de crédit en faveur du développement de la production agricole et des régions rurales.

L’Arrêté 116 double le montant maximal du prêt qu’un particulier démuni de biens hypothécaires peut contracter. Concrètement, le crédit maximal qu’un particulier vivant en région urbaine et travaillant dans le secteur agricole peut contracter est passé de 50 à 100 millions de dôngs. Un particulier qui vit en région rurale, produit et commercialise ses produits agricoles peut lui contracter un prêt maximal de 200 millions de dôngs, contre 100 millions auparavant.

L’Arrêté vise également à limiter la vague de crédits illégaux qui sévit dans les régions rurales. Car sans les papiers requis, ni biens à hypothéquer, certains habitants se voient contraints de contracter un crédit auprès d’organisations ou d’établissements privés illégaux, titulaires d’aucune licence, qui en contrepartie de n’exiger aucune condition, imposent aux emprunteurs des taux d’intérêt très élevés.

Selon le vice-gouverneur de la BEV, Dào Minh Tu, le marché du crédit illégal représente 2.500 milliards de dôngs. C’est pour lutter contre cela que la BEV a demandé à l’Agribank de faciliter aux habitants, et surtout aux paysans, l’accès aux prêts à la consommation. Une enveloppe de prêts de 5.000 milliards de dôngs est donc mise à disposition. Les prêts concernés requièrent des formalités simplifiées: l’examen du prêt se fait en un jour seulement, les taux d’intérêt sont très raisonnables. Le montant maximum empruntable est de 30 millions de dôngs.

Les autres banques commerciales sont encouragées à accorder des prêts aux habitants des régions rurales.

Dans un bureau de transactions. Photo: VNA

 

Montant record des bénéfices

Malgré une faible croissance du crédit et la politique de la BEV de contrôler strictement les créances pour l'immobilier, la bourse et la consommation, nombre de banques ont encaissé des bénéfices record en 2018.

Selon le Comité national de supervision des finances, le bénéfice après impôt de tous les organisations de crédit a augmenté d'environ 40% l'an dernier. Dans le même temps, le processus de traitement des créances douteuses et irrécouvrables a pris la vitesse avec une hausse de 30% de la valeur des dettes traitées.

Émission massive d’obligations bancaires

Outre la course au taux d’intérêt, une autre course a eu lieu en 2018 dans la mobilisation de fonds. Nombre de banques ont émis des obligations afin d’augmenter les finances à moyen et à long terme.

BIDV a émis 4.000 milliards de dongs d'obligations, alors que VietinBank a émis 450 milliards de dongs d’obligations et MBBank a réussi à émettre plus de 1.400 milliards de dongs d’obligations à échéance de 5 ans. VIB a mobilisé 2.800 milliards de dongs en émettant des obligations et a planifié une autre émission. HDBank a encaissé 1.000 milliards de dongs sous forme d'émission d’obligations à échéance de 3 ans, après avoir mobilisé un montant similaire lors de l’émission précédente.

Forte hausse des taux d’intérêt

Parallèlement à la hausse du taux de change, les taux d’intérêt ont fortement augmenté au cours de l’année dernière. Sur le marché interbancaire, d’août à la fin de l’année, les banques ont dû recourir à des emprunts aux taux d’intérêt très élevés, qui dépassaient souvent 4,5% par an pour les prêts au jour le jour et 6% par an pour les prêts à longues échéances.

Les taux d’intérêt de dépôt ont également poussé à de nouvelles hauteurs au cours des 5 derniers mois de l’année, et ce sur de grande échelle. Fin décembre, le taux d’intérêt à échéance de moins de 6 mois a atteint le plafond de 5,5% par an chez nombre de banques, plus de 7% par ans pour les échéances de 6 à 12 mois, voire 7,2-7,5% par an chez certaines banques. Le taux d’intérêt de dépôt à échéance de plus de 12 mois a dépassé plus de 8% par an.

Malgré une forte hausse du taux d’intérêt des emprunts, la plupart de banques ont maintenu jusqu’à la fin de l’année le taux d’intérêt des prêts en faveur des secteurs clés tels que la production et le commerce, l’agriculture, la haute technologie... Cependant, celui pour les secteurs sensibles tels que l’immobilier et les projets de forme BOT (construction, opération, transfert) a connu une légère hausse, de 1 à 1,5%, en raison de la politique de la BEV de resserrer les finances au détriment de ces secteurs./.

Thuy Ha (Vietnam+)