Dans la vie spirituelle du peuple vietnamien, la chique de bétel est non seulement une habitude et une coutume, mais aussi un élément culturel traditionnel indispensable, notamment lors des cérémonies de fiançailles et de mariage.

Une vieille coutume

Selon la légende, la coutume de mâcher du bétel existe depuis le règne des rois Hùng. Elle est associée à la "Légende du bétel et de la noix d’arec", qui conte la fidélité d'une femme pour son mari et l'amour entre deux frères qui ont traversé tant de montagnes et ruisseaux pour se retrouver et se transformer en un aréquier, un bétel et un bloc de pierre.

Le bétel et la noix d'arec sont utilisés pour entamer les conversations et aident les gens à être plus ouverts. Ils servent d’offrandes lors des cérémonies importantes, telles que fiançailles et mariages, funérailles. Ils sont un symbole de l'amour, de la fidélité, de la fraternité, de la famille et du bonheur.      

                                        Propos sur la culture vietnamienne du betel et de l'arec hinh anh 1                                    

La chique de bétel était autrefois une pratique de toutes les couches sociales, de la population à la cour royale et elle est devenue une belle caractéristique de la culture traditionnelle. On la trouve pas seulement chez l’ethnie majoritaire Viêt (Kinh), mais aussi chez d'autres groupes ethniques comme les Tày, Nùng, Dzao, Thai, Muong, San Diu dans les régions montagneuses du Nord, les Édé, Bru, et Cham le long de la cordillère de Truong Son, au Tây Nguyên (Hauts plateaux du Centre), et chez le Khmers au Sud.
    

Les groupes ethniques ont leur manière particulière de chiquer le bétel. Les Muong, Thai et Édé utilisent le bétel pour accueillir leurs visiteurs, les Tày et Nùng lors de la cérémonie de «lier le fil autour des poignets de la jeune mariée et du marié».

Une chique de bétel se compose de quatre matières: un morceau de noix d'arec (au goût sucré), une feuille de bétel (goût piquant), un morceau d'écorce d’Artocarpus du Tonkin (goût amer) et un peu de pâte de chaux (goût chaud).

Tous sont mâchés ensemble, offrant un goût acidulé délicieux, avec le jus rouge et de fraîcheur. Le grand arbre d'arec symbolise le ciel (Yang). La chaux symbolise la terre (Yin). La coutume de mâcher du bétel est populaire dans toute l'Asie du Sud-Est.

Parfum et beauté éternels 

La coutume de mâcher du bétel au Vietnam existe depuis longtemps, mais se reflète principalement dans les «kits» de bétel sous les règnes des dynasties Ly (1010 - 1225) et Trân (1225 - 1400).

Ils comprennent un couteau pour fendre les noix d'arec et le façonnage des feuilles de bétel, un pot à chaux, un tube de pâte de chaux, un petit bâton pour mettre la chaux sur la feuille de bétel, tous de formes très diverses. Il y a aussi des bacs, des cuillères, des paniers, des boîtes, des sacs et des mouchoirs pour contenir les bétels, les noix d'arec et de petits articles.

Pour les personnes âgées aux dents faibles, il y a une spatule et un mortier à piler le bétel et la noix d'arec. Dans le kit de bétel, le pot à chaux est un élément indispensable. Dans le passé, il était respecté comme un génie et était appelé le « Génie de la chaux». 

Le bétel et des noix d'arec ne servent pas seulement comme offrandes lors des cérémonies traditionnelles, mais aussi sont devenus une image typique de la culture vietnamienne.

Elles apparaissent généralement dans les chansons populaires et festivals. Dans le Nord, le village de Cao Nhân, commune de Cao Nhân, district de Thuy Nguyên, à Hai Phong, est connu comme le village de la noix d'arec.

À la période de la récolte, des grappes de noix d'arec sont empilées et le village est traversé par de nombreux camions. Dans la région de Doài du village de Phu Lê, commune de Lâm Kiêm, district de Thach Thât, à Hanoï, les pots de bétel et de noix d'arec peuvent être vus partout, des maisons aux maisons communales et dans les champs.

Pendant le Festival de Lim (festival du quan ho, chant alterné entre garçons et filles) à Bac Ninh, qui a lieu immédiatement après le Nouvel An lunaire, les filles de la région du Kinh Bac portant un fanchon, une robe à quatre pans et un cache-sein rose ouvrent leurs mouchoirs de bétel pour inviter les hommes, avec du bétel et des noix d'arec en forme d’ailes de phénix...